EBOLA : L’inquiétant retour de la faucheuse

Les Guinéens, des damnés de la Terre ? Ce lien, il ne faut plus s’offusquer de le faire et s’interroger à son sujet ne doit pas relever que d’une opposition. Minée par la pauvreté, malmenée par l’ethnocentrisme, embourbée dans un chômage exponentiel, confrontée à une crise économique particulièrement aiguë…et faisant désormais face à un inquiétant retour de l’épidémie à virus Ebola, la Guinée n’a rien d’un pays gâté par le sort. Surtout qu’en ce qui concerne la résurgence de l’épidémie à virus Ebola, il y a vraiment des raisons de s’alarmer, en raison de l’ampleur que prend la propagation.
Signalée une première fois dans la sous-préfecture de Koropara (N’Zérékoré), ce retour qu’on croyait passager et facilement maîtrisable, est en passe d’échapper à tout contrôle, se disséminant dans l’ensemble du pays, avec dans son sillage, son cortège morbide. Résultant d’une négligence symptomatique de la légèreté des autorités guinéennes, cette nouvelle flambée a déjà fait quatre personnes formellement testées positives. Les premiers ayant échappé au mécanisme de surveillance, la maladie a eu le temps de se diffuser (en particulier via les enterrements communautaires non sécurisés) d’abord au sein des ménages proches de la première famille affectée.  
Et même quand la réapparition a été formellement notifiée, les gens ont traîné les pas au motif que les populations étaient hostiles à toute intervention. Une lenteur qui a naturellement renforcé la diffusion à outrance de la maladie. Ainsi, on est désormais à près d’un millier de nouveaux contacts et pas qu’à N’Zérékoré. En effet, de nouveaux cas sont signalés dans la préfecture de Macenta et plus précisément dans la sous-préfecture de Kouankan où un dernier cas s’est révélé positif suite aux examens résultant de prélèvements opérés sur le corps d’une victime. La chaine de propagation s’allonge donc. Et on imagine que la courbe des victimes va suivre. Et si rien n’est fait pour enrayer la spirale, tout le monde peut deviner les conséquences. De nouveau, le pays se retrouvera isolé et les objectifs de relance de l’économie nationale, différés.
Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.