Echéance 2020 : que fait Dalein pour réussir le pari ?

« Je suis en train de réunir les conditions pour gagner cette échéance présidentielle. » On ne sait pas si l’UFDG le présentera à la présidentielle de 2020. Mais, pour bien des analystes, cette question ne se pose pas. Même à Bah Oury dont la hantise de projeter Dalein par-dessus bord a fini par le rendre paranoïaque.

Dalein Diallo a envie donc de mettre tous les atouts de son côté pour ne plus revivre une victoire volée, une victoire en différée. Comme ce fut le cas en 2010. Avec le truchement de la communauté internationale et la complicité de certains cadres de la transition. Gagner les échéances de 2020 ? C’est un défi majeur qui s’impose au chef de file de l’opposition. Il y a la méthode, la subtilité, la capacité de rassembler, la lecture sereine du jeu politique, le choix politique gagnant, etc., qu’il faut mettre en œuvre, au préalable. Puis, assainir l’attelage, secouer le cocotier, nuancer la popularité dans la rue au cours des manifestations, travailler pour un grand taux de participation au vote utile constituent une autre paire de manches pour Dalein Diallo.

Que fait donc Dalein pour réussir le pari de 2020 ? Sur le terrain, il met la pression sur le gouvernement pour que celui-ci respecte les accords signés y compris l’organisation des élections. Pour y arriver, il organise des marches désormais plus citoyennes, débarrassés d’infiltrés indélicats. Il consulte des leaders de l’opposition. Il interpelle Alpha Condé, des diplomates en poste à Conakry sur certaines préoccupations du moment. Au niveau de l’Assemblée, il peine pour autant à faire passer des projets. A l’international, il est sollicité. Il se fait ouvrir les portes du Quai d’Orsay, de l’Elysée, du Bundestag, etc. Seulement, il peine aussi à rassembler autour de lui, les leaders politiques qui partagent réellement les mêmes volontés de rupture, d’alternance. Sans aucune querelle d’égo.

En bonne posture en somme mais, en politique, rien n’est jamais acquis d’avance. C’est pourquoi, Dalein doit rester constant dans la lutte. Au risque de voir 2020 passer comme un météore entre ses bras. Ce serait une énième claque synonyme – tout court – de mort politique. En attendant, « Je suis en train de réunir les conditions pour gagner cette échéance présidentielle. » Un vœu pieux ou un sacerdoce ? Seul Dalein nous le confirmera au soir même de 2020.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.