Egypte : au moins 235 morts dans l’attaque d’une mosquée du Sinaï

Le terrible bilan augmente d’heure en heure. Au moins 235 personnes ont été tuées, ce vendredi 24 novembre, dans l’attaque d’une mosquée dans le nord-Sinaï, selon un dernier bilan communiqué par la télévision d’Etat égyptienne. Le pire attentat de ces dernières années en Egypte.

Selon des responsables, les assaillants, arrivés à bord de quatre véhicules tout-terrain, ont déclenché une explosion avant d’ouvrir le feu sur les fidèles lors de la grande prière hebdomadaire. Selon Associated Press, les terroristes auraient bloqué les issues en faisant exploser des véhicules sur les routes.

Daech suspecté

A la mi-journée, le ministère de la Santé avait communiqué un premier bilan de 75 blessés. La télévision d’Etat parlait peu après d’au moins 54 morts. Les victimes ont été transférées dans les hôpitaux locaux. Le président Abdel Fattah al-Sissi, qui a décrété trois jours de deuil national, doit rencontrer des responsables de la sécurité nationale.

L’attaque visait la mosquée al-Rawdah dans le village de Bir al-Abd, à 40 kilomètres d’Al-Arish, la capitale de la province du Nord-Sinaï : une région où les autorités combattent depuis plusieurs années la branche égyptienne du groupe Etat islamique. L’attaque n’a néanmoins pas encore été revendiquée. 

Des conscrits de l’armée égyptienne se trouvaient parmi les fidèles visés. Le chef d’un groupe bédouin anti-Daech a par ailleurs déclaré à l’AFP que cette mosquée était connue comme un lieu de rassemblement de soufis, adeptes d’un courant mystique de l’islam considéré comme hérétique par le groupe djihadiste.

Il s’agit de la pire attaque perpétrée contre des civils égyptiens depuis 2013 et le sursaut djihadiste consécutif au renversement du président islamiste Mohamed Morsi.

Le président français Emmanuel Macron a adressé via Twitter ses « condoléances aux victimes ». 

T.V.

L'Obs
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.