Elections en Guinée: Les trois niveaux de blocage revèlés par la mission de la CEDEAO

Au terme d’une visite de travail le weekend dernier à Conakry, des émissaires de la CEDEAO ont souligné trois points de blocage qui entravent la poursuite normale du processus électoral devant la tenue du scrutin présidentiel le 11 octobre prochain.

Après avoir entendu toutes les parties prenantes au processus électoral, la mission de la CEDEAO estime que « le consensus n’est pas encore parfait » et appelle au respect « du protocole de la CEDEAO A/ SP1/12/01 sur la démocratie et la bonne gouvernance. »

Le chef de la mission Robert Dossou, ancien président de la cour constitutionnelle du Benin, revient sur les grandes lignes du blocage politique en Guinée:

« La mission a été très attentive au niveau atteint par le dialogue inter-guinéen, niveau révélant que le consensus n’est pas encore parfait sur trois questions soulevées par les partis d’opposition à savoir la recomposition de la CENI, la question des délégations spéciales, et le fichier électoral. La mission a rappelé à l’attention de toutes les parties prenantes sur la nécessité de conduire un processus électoral consensuel et apaisé en appelant les uns et les autres aux ouvertures appropriées mais toujours dans le cadre des lois de la République. La mission a enfin appelé l’attention à la prise en compte des prescriptions du protocole de la CEDEAO A/ SP1/12/01 sur la démocratie et la bonne gouvernance additionnel au protocole relatif au mécanisme de prévention, de gestion, de règlement des conflits de maintien de la paix et de la sécurité notamment dans son article 2.1. La mission repart de Conakry, remplie de l’espoir que tout sera mis en œuvre à travers le dialogue inter-guinéen pour des élections transparentes et apaisées en république de Guinée.»

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.