Embuscade à Hamdallaye-Bambeto : la peur bleue de Bafoe !

Le lieutenant-colonel Ansoumane Camara connu sous le nom de Bafoe est ce policier qui s’occupe des unités d’intervention au niveau de la Police. Sa zone de prédilection, l’axe Bambeto-Cosa jusqu’à Enco5. Sa mission : mater et se faire épauler par des contre-manifestants qu’il appelle si maladroitement des patriotes. Et bien la semaine dernière ceux qu’il qualifie des badauds de l’axe qui se trouvent être des opposants ont voulu faire payer à Bafoe ses écarts de langage.

 L’officier a eu vraiment chaud. En lieu et place d’une agression le policier saisi d’une peur bleue préfère plutôt expliquer sa mésaventure à nos confrères de Guinée news. Pour Ansoumane Camara « Ce n’est pas une agression. Parce qu’on parle d’une agression lorsqu’elle est physique ou verbale. Mais ce qui est arrivé, faut-il le préciser, est à mettre au compte des risques liés à ma vocation de policier chargé de maintien d’ordre. Ce sont des effets de surprise comme on le dit. En effet, j’étais en train de travailler. » Sans se gêner de dire que la Police était au siège du RPG – pendant ce temps, le siège de l’UFR était envahi par d’autres badauds en uniforme -, Bafoe explique que« Nous avons été au siège de RPG qui était menacé par les mêmes jeunes. Nous sommes venus en renfort à nos collègues qui y étaient postés. »

 Mal lui en prit pendant qu’il faisait dégager la route de Hamdallaye à Bambéto. « Je suis tombé dans une embuscade. En fait, c’est un caillou de granite bien taillé et pointu qu’on a mis dans une fronde et lancé contre mon véhicule à bout portant. Tellement que le choc a été puissant, le grillage qui protège mon pare-brise, s’est perforé et casser la vitre. Le jeune chauffeur qui me conduisait, a été très lucide. Après un court moment de panique sous l’effet de la surprise et avec un ou deux balancements, on s’en est sortis indemnes », explique l’officier, ajoutant « Moi-même, à Bambéto, j’ai pris un coup de caillou à l’épaule dont je porte encore les douleurs dans les nerfs qui ont été touchés. »

 Apparemment, ça ne fait que commencer. Tant que les revendications des jeunes et des opposants ne sont pas pris en compte, certainement, la paix ne sera pas pour demain. Quitte à tuer. A tuer encore et puis protéger et défendre les assassins. Au nom du changement d’Alpha Condé.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.