Entre Balla Samoura et Bafoe, Dalein a son choix

S’il lui était donné de choisir entre Balla Samoura et Bafoe, de par la courtoisie, de par l’adresse de par l’esprit de discernement et surtout de par l’esprit républicain,  Dalein Diallo qui connait bien ces deux hommes, l’un gendarme, l’autre policier va certainement préférer, le colosse de Conakry que le chef des sbires et aux mambas.

Témoignage éloquent de Dalein Diallo : « Ce qui caractérise Bafoe, c’est la rage et la haine. Dès qu’il me voit, il a envie de dégainer. Dès qu’il me voit, s’il a une grenade lacrymogène en main, c’est sur mon visage. Balla Samoura, lui, serait venu me dire, ‘’Monsieur le Premier ministre, on a reçu des instructions, vous ne devez pas passer ici’’. Cela est arrivé plusieurs fois et souvent, j’ai obtempéré. »

Très peu sur les ondes de radios, Balla Samoura est avare en discours. Pondéré et républicain, il est loin d’être un automate. Par contre, c’est Bafoe qui s’affiche, qui déclare et qui menace puis qui nie. On le comprend, il est un parent proche à Damaro, celui qui prend Dalein Diallo comme une bête à abattre.

Voici ce que dit Bafoe : « Nous n’avons pas de projectiles, il va s’en dire que c’est dans le désordre entre les militants que le véhicule de la personnalité a été touché. En ce qui nous concerne, nous étions à la Tannerie quand nous avons appris que les leaders de l’opposition ont tenté de rallier la banlieue et qu’ils ont été stoppés par les services mixtes  de la gendarmerie et de la police  qui les ont dispersés. Nous sommes venus en renfort et on a trouvé un groupe qui était dans la rue et qui avait bloqué des véhicules. Nous les avons instruit de dégager, ils ont refusé. Par la suite, ils ont été gazés et on a procédé à des arrestations. Nous sommes là pour eux d’ailleurs et nous n’accepterons plus, pour sa propre sécurité, que le chef de file de l’opposition sorte. Parce que nous avons appris qu’il y a des infiltrations et qu’il y a des gens qui ont pris des armes. »

 Des questions demeurent tout de même: Comment se fait-il, avec le petit nombre accompagnant ce jour Dalein Diallo à la Tannerie qu’un infiltré puisse tirer et se tailler au milieu d’une meute de policiers et de gendarmes ? Comment se fait-il qu’un infiltré puisse jeter un caillou ou tirer sans que les accompagnants de Dalein ne l’aperçoive? Mensonge, mauvaise foi et haine noire quand vous nous tenez !

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.