Et si Alpha Condé s’inspirait de George Weah ?

Cela parait anecdotique pour certains. Valable et légitime pour d’autres. Mais Alpha Condé qui peine à exécuter ses promesses de campagnes avec un réel manque de visibilité d’une gouvernance bancale devrait bel et bien, à défaut de lorgner du côté de ses pairs venus au pouvoir au même moment que lui, peut s’inspirer de George Weah.

15 ans de guerre civile et plus tard une épidémie d’Ebola particulièrement meurtrière en 2014, le Libéria a tremblé mais n’a jamais cédé. Aujourd’hui, le pays est également rongé par une corruption rampante. Tout un cocktail explosif qui à s’y méprendre, a en revanche joué en faveur de l’actuel président libérien : George Weah. A sa prise de fonctions fin janvier 2018, personne ne pariait sur le talent de l’ancienne star du football. Très vite, il initie un programme de développement : le Pro Poor Agenda. Ce programme englobe notamment l’éducation, l’agriculture.

En moins d’un an, George Weah, un novice politique devrait plutôt être une inspiration pour Alpha Condé, celui-là même qui ne connait que la politique, celui-là même qui n’a vécu qu’en France, ayant étudié avec des grandes personnalités politiques françaises. Celui-là aussi, le seul à être « démocratiquement élu », mais, dans les faits qui a manqué de tout : l’adresse, le rassemblement des Guinéens, la lutte contre la corruption, le respect des libertés collectives, des principes démocratiques mais surtout la réalisation des promesses électorales.Le 2è mandat qu’il dit dédier aux femmes et aux jeunes, peine à se concrétiser. Pendant ce temps, plus visionnaire,  George Weahdéclare dans la presse occidentale: « Je pense qu’il est important d’investir dans la jeune génération. C’est important, parce qu’ils sont le pilier et la composante la plus importante de notre pays. Si la petite entreprise ne peut pas se développer, alors, la grande entreprise ne pourra pas croître. Je veux que plus de Libériens ouvrent leur entreprise et qu’ils puissent devenir de grands entrepreneurs. »

En Guinée, Alpha Condé avait promis l’autosuffisance alimentaire, mais, près de dix, on importe encore et toujours le riz, principale denrée alimentaire du pays. Aucune projection, aucune vision. Des petits malins s’enrichissent dans les intrants sans que le président ne pipe mot. Le Pro Poor Agenda consistera essentiellement à « fournir l’électricité, bitumer les routes pour que les gens puissent vivre dans les quartiers. C’est donc ce que l’on fait. On essaie de répondre aux besoins et aux désirs de notre peuple. En neuf mois, nous avons réalisé plus que lors des douze années du mandat précédent. On va s’attaquer à la corruption et ce ne sera pas que des paroles. Il y aura de l’action. Nous avons même décrété que toutes les personnes qui travaillent pour le gouvernement feront l’objet de mesures de contrôle, de surveillance, et devront rendre des comptes. Donc, on combattra la corruption en justice. »

En Guinée, dans les Mines, dans les marchés publics et partout ailleurs, la corruption et les détournements ne disent plus rien à quelqu’un, tant c’est une donnée admise, acclamée et soutenue par Alpha Condé. Les discours politiques emportent sur tout. Le Premier ministre en fait autant que son mentor : déclarer juste pour amuser la galerie. Condé, après dix ans de corruption et de détournements devrait donc aller s’inspirer au Libéria.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.