Etats-Unis : un candidat de la droite religieuse accusé d’agression sexuelle

Un héraut de la droite religieuse américaine rattrapé par le mouvement #MeToo 38 ans après les faits ? Des responsables et élus républicains ont appelé jeudi leur candidat au Sénat dans l’Alabama, le magistrat ultra-conservateur Roy Moore, 70 ans, à se retirer de la course après la révélation d’une affaire d’attouchements qui se serait déroulée en 1979.

Leigh Corfman, âgée à l’époque de 14 ans, a raconté au Washington Post comment Roy Moore, alors substitut du procureur de 32 ans, l’avait invitée et emmenée chez lui à plusieurs reprises. La première fois, il s’était contenté d’un baiser. La deuxième, il lui avait retiré son chemisier et son pantalon, s’était mis en sous-vêtement, puis s’était livré à divers attouchements. Trois autres femmes ont affirmé au journal avoir été embrassées par Moore à la même époque, alors qu’elles avaient entre 16 et 18 ans.

Roy Moore dénonce «une attaque politique désespérée»

Marié et père de quatre enfants, Roy Moore dénonce des accusations « complètement fausses, une attaque politique désespérée ». Mais à un mois de l’élection sénatoriale partielle de l’Alabama, le 12 décembre, les chefs républicains ne veulent prendre aucun risque. La perte d’un siège républicain à la chambre haute du Congrès y réduirait à une seule voix la majorité républicaine (de 52 à 51 sièges sur 100), alors que les républicains ont déjà perdu en force, et Roy Moore est le favori des sondages devant le démocrate Doug Jones. « Il doit immédiatement se retirer et permettre aux habitants de l’Alabama d’élire un candidat dont ils sont fiers », a déclaré John McCain. « Si ces allégations sont vraies, il doit se retirer », a opiné le chef de la majorité sénatoriale, Mitch McConnell, tandis que de nombreux sénateurs républicains ont appelé le magistrat à se retirer sans attendre.

Donald Trump a réagi ce vendredi par la voix de la porte-parole de la Maison Blanche. « Comme tous les Américains, le président pense que nous ne pouvons pas laisser une simple accusation (…) détruire la vie d’une personne », a déclaré Sarah Huckhabee Sanders. « Cependant, le président pense aussi que si ces accusations sont vraies, le juge Moore fera ce qu’il faut faire et se retirera » de la course au Sénat, a-t-elle ajouté.

Sa devise : «Dieu d’abord, la famille puis le pays»

Mais Roy Moore n’avait, jeudi, aucune intention de se retirer au profit de son adversaire aux primaires, l’actuel sénateur Luther Strange.

Surnommé le « juge aux dix commandements » pour son implication religieuse, farouche contempteur de l’homosexualité et de l’islam, qui devrait selon lui être illégaux, et convaincu que les attentats du 11 septembre est une « punition divine », Moore avait déjà participé aux primaires de son parti en 2006 et en 2010. Il a été suspendu de son mandat de président de la Cour suprême de l’Alabama pour avoir interdit à tous les magistrats de l’Etat de donner un certificat de mariage aux couples homosexuels, en dépit de la décision de la Cour suprême américaine. « Ma position a toujours été Dieu d’abord, la famille puis le pays », a-t-il coutume de résumer.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.