Exécutif communal de Matoto: L’UFDG dit niet à une reprise de l’élection du Maire

Un mois, trois semaines après l’élection contestée du Maire de Matoto, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, qui avait annulé le scrutin, convoque les différents candidats ce jeudi pour la poursuite ou la reprise de l’éxection de l’exécutif communal.
Mais l’UFDG rejette toute idée de reprise de l’élection du Maire de Matoto. Dans une déclaration rendue publique cet après-midi, le parti de Cellou Dalein Diallo accuse le ministre Bouréma Condé de vouloir sémer des troubles à Matoto et appelle ses militants à une forte mobilisation pour empêcher toute reprise de l’élection du maire.
« Concernant le poste de maire, M. Kalémodou Yansané a gagné ; il a eu 23 voix sur 45 à l’issue d’un triple décompte. A notre grande surprise, M. Bouréma Condé a pris la décision unilatérale d’annuler cette élection. Nous avons saisi la cour suprême qui l’a débouté. A notre grande surprise nous recevons un courrier disant que demain jeudi 07 février 2019 il va installer l’exécutif communal de Matoto, c’est-à-dire l’élection du maire et des maires adjoints. En ce qui nous concerne, monsieur Kalémodou est élu maire de Matoto. C’est non négociable, nous ne participerons à aucune élection concernant le poste de maire », tranche Dr Fodé Oussou Fofana.
Sur la question d’une reprise de l’élection du Maire, l’UFDG est catégorique! Il est hors de question de participer à ce vote :  »Nous ne participerons pas à cette élection. Nous avons demandé à tous nos conseillers de ne pas se présenter demain à Matoto parce que nous ne sommes pas concernés par cette élection. Nous demandons à l’ensemble de nos militants de Conakry de se mobiliser demain à partir de 7heures à la commune de Matoto pour empêcher cette mascarade électorale », a avertit le Vice-Président de l’UFDG.
Kalémodou Yansané dont l’élection à la tête de la Commune le 15 décembre 2018 avait été contestée, lance un appel aux populations de Matoto.
 »Si c’est pour élire le maire, le maire est déjà élu le 15 décembre 2018. Vous êtes tous au courant de ça. Si c’est pour élire les vices maires, on est prêt à tout moment pour venir compétir pour les adjoints au maire. Nous sommes prêts à tout compromis en ce qui concerne l’élection de Matoto, pour vue qu’il y ait la paix à Matoto. Vous restez mobilisés, s’ils font le forcing là-bas, nous, on ne fera pas de forcing. Masi, on sera là pour faire en sorte que les règles soient respectées », a-t-il laissé entendre.
Comme on le voit, ce jeudi 07 février est une journée à haut risque dans la banlieue de Conakry, une année après les élections communales.
Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.