Faute de trêve, on grève de faim sans crever…

Avec le gouvernement actuel, il n y a ni trêve, ni gêne, ni remord. On tue d’innocentes personnes. On militarise certains endroits. On ferme les écoles publiques et sécurise celles privées. Aujourd’hui, faute de trêve, on grève de faim sans jamais vouloir crever, mais en interpelant certains.

En optant pour cette trouvaille made in BL, Faya Milimono sait ce qu’il fait : « C’est vrai que la grève de la faim n’est pas connue par le grand public…Mais nous, nous avons affaire aux intellectuels, qui ont étudié dans des pays occidentaux, et savent ce que cela signifie. Ce sont des colons » répond à Guinée time, le président du Bloc libéral. Indésirables au Stade du 28 septembre, indésirables à l’esplanade du palais du peuple, Faya et certains de militants ont enfin rallié le siège de son parti.

Des extrémistes du RPG qui infestent les réseaux sociaux ne cessent de se marrer de l’option du BL. Certains ironisent : « C’est une bonne chose pour Faya, car, la grève de la faim facilitera de perdre un peu de graisse. » Et cet autre d’ajouter en publiant une photo avec en filigrane, une petite canette d’eau minérale : « Donc grève de faim c’est aussi boire quelques gorgées d’eau ? » Et un troisième de se marrer davantage : « La plupart des Guinéens se sont habitués à la faim, à cause de la galère, mais, faire grève de la faim à l’encontre d’une décision d’un Etat relève de la stupidité. »  Ces attaques et d’autres ne semblent pour autant pas ébranler Faya et son équipe.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.