Faya Milimono revient sur Mohamed Lamine Fofana

Le cas du nommé Mohamed Lamine Fofana, alors porte-parole de la rébellion sous Lansana Conté est encore remis sur la table. Et c’est encore bien Faya Milimono, celui par qui l’opinion a été informée d’une implication présumée de l’actuel Garde des Sceaux. Mais une implication qui a coûté la liberté au leader du BL. Il n’empêche ! Après des jours passés à la Maison centrale de Conakry, Faya revient sur ce sujet-polémique.

Extrait : « Le fait, ce qui n’était pas une erreur, c’est que Mohamed Lamine Fofana, en tout cas celui qui se faisait passer pour Mohamed Lamine Fofana, a été entendu sur les antennes des radios internationales comme Rfi et BBC. Nous avons aujourd’hui les éléments sonores et les articles de presse qui ont été écrits sur cet homme-là. Depuis que ce débat a commencé, il y a eu un Damaro par exemple, le député, président d’un groupe parlementaire, qui a fait des commentaires dans la presse allant dans le sens de dire que, un, Mohamed Lamine Fofana serait un Lélé, deux, Mohamed Lamine Fofana était un nom d’emprunt, Mohamed Lamine Fofana est déjà mort. Ça veut dire qu’il y a quelqu’un qui connaissait ou qui connait parfaitement Mohamed Lamine Fofana et qui peut donc détenir une partie de vérité, un bon témoin dans cette affaire. Il y a d’autres dont je vais faire taire les noms qui sont allés jusqu’à affirmer qu’il était un Capitaine. Tout cela n’était pas connu avant par les Guinéens. »

Et le président du BL, d’ajouter au cours d’un entretien qu’il a eu avec Guinée news : « La lumière commence à être faite sur cette réalité. Et ce que je peux dire, c’est qu’on doit profiter de l’occasion de lire cette page, si noire qu’elle ait été, avant de la tourner. Que la justice soit faite pour les populations guinéennes. Il y a eu des gens qui ont dit qu’ils étaient les chefs rebelles. Le cas d’Aboubacar Sidiki Diaby par exemple, c’est à l’assemblée d’un parti politique qu’il a dit. Pourquoi il n’a pas été interpellé par le procureur pour lui demander de donner la preuve de ce qu’il et d’être jugé, parce qu’il a dit lui-même. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.