Fichier électoral : les dés toujours pipés ?

Le fichier électoral ne semble toujours pas faire consensus entre acteurs en compétition pour le 18 octobre. Outre certains militants convaincus de l’opposition, bien des autres citoyens risquent de s’abstenir au lieu de voir leurs voix détournés au compte du RPG. La CENI ne rassure pas. Le fichier non plus. Et comme adjuvent d’un score soviétique, la Cour constitutionnelle, la machine judiciaire, tout cet arsenal est manœuvré par Sékhoutouréya.

Comme quoi, les dés sont toujours pipés. En tout cas, c’est que laisse croire CellouBaldé de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) : « Nous sommes extrêmement déçus de la manière dont cette séance s’est déroulée. D’abord sur la forme, pour nous, quand on présente un rapport final d’un audit qui a été fait par la CEDEAO, il fallait permettre aux partis politiques qui sont concernés par le fichier électoral de pouvoir s’exprimer. De l’autre côté, il faut dire que dès l’entrée de jeu, ce travail qui a été fait, c’est un travail solitaire. Parce que la CEDEAO, dans sa démarche, n’a pas décliné les termes de référence et n’a pas associé les partis politiques à ce travail. »

Et d’ajouter : « Il faut reconnaitre aujourd’hui qu’il y a eu une violation flagrante des articles 30 et 31 du code électoral qui fait obligation à la CENI d’afficher la liste électorale, de présenter le fichier général des électeurs pour que chacun puisse faire le contrôle des inscriptions avant que le fichier ne soit validé en dernier ressort. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.