Friction et responsabilité syndicale : ce que recommande Rabiatou

Elle menace de trainer devant les tribunaux les gendarmes ayant été cueillis dans les locaux du CES, le samedi dernier, alors qu’ils étaient en négociations avec la patronne des lieux. Rabiatou Sérat Diallo sur qui pèse une réelle complaisance – les syndicalistes ont été arrêtés par son truchement, puis elle a fermé ses téléphones, parce que diabétique – en appelle tout de même à la responsabilité des syndicaliste et à la cohésion.

« Cette division ne nous amène nulle part. Il faut qu’ils soient unis, il faut qu’ils soient solidaires pour lutter pour le mouvement syndical, pour lutter pour les travailleurs pour lesquels nous nous sommes réunis. Il faut qu’ils soient unis et solidaires, comme nous, nous l’avons été par le passé pour qu’ils puissent atteindre les objectifs visés », a notamment recommandé Rabiatou Sérat Diallo.

Cette syndicaliste à la poigne invite les uns et les autres à bannir la haine : « Il faut qu’on abandonne la haine, parce que la haine tue les cœurs, qu’on enterre les haches de guerre, qu’on voit l’avenir du pays et de nos travailleurs en face. La balle est dans leur camps, ils connaissent les différentes conventions de l’OIT, ils savent sur l’arène internationale ce que la CSI, ce que L’OUSA réclament du comportement d’un leader syndical, donc ils doivent avoir le dos large, écouter tout le monde et être rassembleur pour qu’on puisse défendre les intérêts des travailleurs et pas des intérêts égoïstes. Nous allons suivre les uns et les autres, pour ramener la paix dans notre pays et éviter la violence. »

A bon entendeur salut

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.