Fuite des capitaux : la BCRG retrousse les manches !

Le gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée a fait une communication relative à la création d’une société nationale de réassurance et d’une société nationale d’assurance agricole. C’était au cours du conseil des ministres, tenu la semaine dernière à Conakry.

Loucény Nabé a indiqué que le premier projet relatif à la création d’une Société Nationale de Réassurance, s’inscrit dans le cadre du développement du secteur des Assurances en Guinée. « Cette initiative hautement stratégique découle de la nécessité de maîtriser le phénomène de la fuite des capitaux et la délocalisation des gros risques à l’étranger », rapporte-t-on. Pour y arriver, une commission de réflexion mise en place est chargée entre autres de : élaborer les documents juridiques permettant la mise en place de la structure ; définir le cadre juridique et le type d’organisation souhaité ; élaborer les modèles types de déclaration et proposer la tarification et les mécanismes de gestion des comptes.

Selon LoucényNabé, à l’issue des consultations, la Commission a proposé de fixer le niveau du Capital Social de la Société pour un départ à un montant de 20 millions USD, répartis comme suit : l’Etat guinéen a 25% ; les acteurs Privés guinéens ont 35% et les Partenaires Techniques et Financiers étrangers ont 40%. Sur cette base, la Banque Centrale a adressé des courriers aux acteurs concernés. Déjà, le Ministère de l’Economie et des Finances a marqué son accord de principe pour les 25% dans le capital de la future Société. Les autres Partenaires, tout en saluant le projet, souhaitent, selon la BCRG, obtenir le plan d’affaires, le cadre de gouvernance et la stratégie de réglementation de la Société, avant toute prise de décision.

En ce qui concerne le second projet relatif à la création d’une Société Nationale d’Assurance Agricole en Guinée, le Gouverneur a rappelé l’article 60 du Code des Assurances qui définit les risques agricoles comme étant « des risques auxquels sont exposées les personnes physiques ou morales qui exercent exclusivement ou principalement une profession agricole ou connexe à l’agriculture, les membres du personnel et les membres des familles de ces agriculteurs ».

Loucény Nabé indique que les évènements climatiques peuvent causer chaque année de lourdes pertes chez les agriculteurs, voire détruire la base de leur subsistance. Or les petits exploitants et les communautés rurales ne peuvent pas gérer ces risques par eux-mêmes sans le support d’instruments financiers. L’un des instruments de gestion de risques importants est l’assurance agricole. Face à ce constat la Banque Centrale a mis en place une Commission de réflexion pour apporter des solutions idoines aux problèmes de gestion des risques agricoles en Guinée.

Quoi qu’il en soit, « la réalisation de ces deux projets relatifs à la création d’une société nationale de réassurance et d’une société nationale d’assurance agricole, contribuera à améliorer l’environnement économique et financier de la Guinée », estime la BCRG.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.