GANDHI-JEAN-MARIE : Est-ce un mariage impossible ?

Dans une de nos précédentes publications, nous évoquions l’hypothèse que le communiqué de l’UGDD démentant son appartenance à l’Alliance pour l’alternance démocratique (APAD) pouvait être le fait de l’ancien premier ministre, Jean-Marie Doré. Eh bien, après la désignation désormais formelle du leader de l’UPG comme coordinateur du RPG-arc-en-ciel dans la région forestière, on peut modestement dire qu’on s’était qu’on n’avait pas tort. Mais cet engagement public de Jean-Marie Doré au côté du chef de l’Etat risque bien de placer Georges Gandhi Tounkara dans une position inconfortable.
En effet, depuis son arrivée à la tête de l’UGDD, l’ancien ministre de l’ancien ministre de l’enseignement supérieur ne mâche pas ses critiques à l’endroit du pouvoir du président Alpha Condé. De manière plutôt claire et précise, il laissait du coup entendre son intention de se ranger dans le camp des adversaires ouvertement déclarés au régime en place. On peut donc imaginer que c’est la mort dans l’âme qu’il s’est résolu à se laisser embrigader dans le portrait du candidat consensuel de la Forêt.
Des habits dans lesquels il se sent manifestement si mal que l’entente pourrait bien se fissurer avant même la tenue du premier tour. En effet, alors que Jean-Marie Doré, par ailleurs son responsable de communication, dit-on, a clairement fait son choix, l’UGDD est citée parmi les partis qui voudraient boycotter le processus si les conditions de transparence du scrutin ne sont pas réunies. Et pour le moment, on n’a aucun démenti. C’est dire que les deux leaders ne regardent plus dans les mêmes directions.
Anna Diakité, www.kababachir.com
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.