Gaoual-Domani : le député, toujours droit dans ses bottes ?

« Je ne regrette rien surtout pas mes propos. Non je ne suis pas dans la nuance, je suis dans l’explication. Je pense que les médias ont cette responsabilité de vulgariser la parole mais je pense aussi la responsabilité aurait voulu simplement qu’on nous donne la parole pour qu’on entende ma version. C’est tout ! »

Ousmane Gaoual Diallo semble pour autant nuancer, ou plutôt adoucir sa position, après tout, reconnait-il : «Malheureusement c’est une parole qui a très mal été perçue. Mais, moi je crains pour l’image de la dame, ce n’est pas ma parole, ma parole n’est rien. Vous et moi n’aurions pas entendu ça sauf qu’elle a été propulsée au-delà de l’endroit même où ça été dit. C’est tout mais elle n’était pas ni blessante ni injurieuse. Je n’ai pas parlé de l’intimité. » Selon toute vraisemblance, la levée de boucliers née de la sortie – certainement peu comprise – du député a été une occasion de faire des rappels à l’ordre. En tout cas, Ousmane Gaoual Diallo invite la coalition des femmes à « entendre les propos et puis à sortir un peu de la stratégie là parce que il y a des centaines d’enfants guinéens qui ont été tués ces femmes étaient où ? Lorsque les femmes guinéennes appelaient à manifester parce qu’on a tué leurs propres enfants, elles étaient où ces femmes ? Ça ne les indignait pas ? Je pense qu’il ne faut pas réduire le combat des féministes à la défense inopportune à des situations comme ça. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.