Gestion d’EDG : toujours un souci obsédant !

Si le souci personnel de MamadiDoumbouya est actuellement écarté avec l’évacuation avec des garanties d’Alpha Condé, le second souci reste obsédant. Il s’agit du secteur sensible de l’énergie.

Au cours d’une rencontre qu’il a eue récemment avec les ministres, le président de la transition a souligné la nécessité d’assurer la continuité de la desserte en électricité tout en attirant l’attention des Ministres sur la précarité de la situation actuelle. Il a réitéré son appel lancé lors du Conseil des ministres du 6 janvier 2022 demandant qu’une réflexion approfondie soit menée pour combler le déficit en énergie en veillant à ce que Électricité De Guinée (EDG) soit rentable ; ce qui passe par l’acquittement correct des factures d’électricité par les consommateurs et surtout des organismes publics et souhaite avoir une situation claire des dépenses et charges d’EDG.

On se rappelle que la semaine dernière aussi le Premier ministre a égrené ses soucis par rapport à la situation financière de la Société d’Électricité de Guinée (EDG) qui, aux dires de Mohamed Béavogui,accuse un lourd déficit vis-à-vis des créanciers internationaux. C’est ainsi qu’il a demandé au gouvernement «la tenue dans le plus bref délai d’une session interministérielle spéciale à cet effet. »

Electricité de Guinée (EDG) a toujours été une source de préoccupation pour les gouvernements qui se sont succédé. Sous Alpha Condé en effet le ministre du Budget d’alorsIsmaël Dioubaté annonçait aussi qu’en 2020, qu’EDG continuera d’être subventionnée par l’Etat. Une enveloppe de 2 mille 401 milliards GNF était prévue à cet effet. Seulement, « pour redresser la situation économique de la guinéenne d’électricité, la société va revoir sa facturation à la hausse », recommandait le ministre Dioubaté.

Au niveau du gouvernement actuel, on est formel, vu le statut de budgétivore de l’ogre appelé Electricité de Guinée (EDG). C’est pourquoi d’ailleurs, après la sortie incomprise du ministre Abé Sylla, laquelle sortie avait créé une certaine polémique au sein de l’opinion, aujourd’hui, c’est le tour de son pair de Département de l’Economie, des Finances et du Plan qui revient à la charge. Lanciné Camara déclare récemment : « Les subventions au secteur de l’énergie ont atteint un niveau non soutenable. »

Seulement, aucun chiffre d’indication. Il a juste mentionné qu’un plan de réduction progressive a été élaboré, mais, sans le moindre détail. Par contre, Abé Sylla avait déjà communiqué sur le montant de la subvention. Il a été révélé tout de même qu’elle s’élève à quelque 5 mille milliards GNF.

Avec cette subvention, l’Etat doit aussi à la une société chinoise quelque 600 millions USD, au titre d’un préfinancement lié à Kaléta et Souapiti. Comme solution à court terme, la pose de compteurs dans les résidences, Institutions publiques et privées ainsi dans les industries a été envisagée au cours du Conseil des ministres en date du 16 décembre 2021.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.