Gestion turque du Port : le RPG tente de convaincre

« C’est un dossier complexe qui nécessite une large connaissance de la situation du Port Autonome de Conakry. Ne disposant pas pour le moment suffisamment d’informations sur le sujet afin de fonder une conviction honnête et responsable, permettez-moi de réserver ma réponse. » Ce qui est complexe pour Bah Oury, ne l’est pas forcément pour le RPG. La cession du Port crée polémique mais le parti au pouvoir tente de convaincre de son opportunité.

« On a politisé un débat qui n’aurait pas dû. Je me pose des simples questions. Est-ce que c’est une cession ou une concession ? Le contrat parle de concession. Donc, parler de cession n’est que de la manipulation », se défend Damaro Camara avant d’ajouter :« Cette portion du port qui est concerné rapporte combien à l’Etat ? Zéro franc. Combien ça va rapporter avec la gestion turque ? 13 millions d’euros par an avec un investissement de 200 millions d’euros. Est-ce que du personnel devait être licencié ? Je dis non. Alors où est le problème ? Moi je suis d’ailleurs encouragé par la gestion turque. »

En cause : « Parce qu’actuellement c’est eux qui gèrent la Sotragui. Avec 25 bus, ils font, en moyenne, 30 millions Gnf par jour. Alors quand tout marchait avec les 100 bus, on n’a jamais fait 25 millions Gnf par jour. Donc, je comprends que la lutte ce n’est pas pour le panier de la ménagère, ni pour sauvegarder le patrimoine guinéen, mais pour sauvegarder ce qui rentre dans les poches de certaines personnes. On ne peut continuer dans ce sens. »

Reste à savoir si cette sortie convainc les syndicalistes et les autres Guinéens qui se dressent contre cette (con)cession aux Turcs. En attendant, c’est un marché de gré à gré dont il s’agit. Un point, un trait ! De quoi s’interroger sur les possibilités de dessous de tables.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.