Gouvernorat de Labé : Sadou Keita sur les traces de Dr Diané !

Les échos qui nous parviennent de Labé, au Gouvernorat, jusqu’aux confins de Kansagui, village natal de Sadou Keita, le premier magistrat de Labé ne sont pas du tout favorables pour ce commis de l’Etat. L’homme marche sur les traces d’un certain Dr Mohamed Diané, le chantre des nominations partisanes. L’homme qui fait et défait les cadres, même en bois.

Aujourd’hui, il fait des émules. Il inspire vraiment Sadou Keita, l’enfant de Tougué, soupçonné appartenir au mouvement de Mandé Djallon. Selon des témoignages concordants, le gouverneur met les bouchées doubles pour identifier les cadres et responsables de l’administration publique et privée. L’idée a germé depuis l’arrivée d’Alpha Condé. De nombreux élus locaux ont été débarqués. Des responsables d’écoles publiques mutés ou dégommés. Sadou Keita ne veut pas se laisser conter l’avènement de ces bizarres de nominations fantaisistes. Seulement, Sadou Keita ne veut pas les emmerdements. Interpellé hier par un parent de Kansagui sur le sujet, l’homme s’enflamme avant de se raviser. Selon un confrère de Guinée matin qui évoque une réunion sécrète organisée par Sadou et Cie, le gouverneur avait la colère à fleur de peau.

Extrait :   « Demandez la confirmation à votre source. Si je voulais que vous sachiez ce qui s’est dit, je vous aurais invité à la réunion. Maintenant que vous cherchez après moi, demandez à votre source. Vous citez encore votre source hein, si je lis quelque chose qui n’a pas de source, moi aussi je vais me plaindre. Celui qui vous a dit, qu’il vous donne toutes les preuves et vous le citez aussi. Si vous ne le citez pas, je vous poursuis. Ce que je fais publiquement, vous venez vous rapportez telles que les choses se sont passées. Mais, quand je m’enferme je parle, si vous voulez savoir ce que j’ai dit là-bas, celui qui vous a rapporté ce que j’ai dit là-bas, rapportez ce qu’on vous a dit, qu’il vous donne toutes les preuves. »

Alpha Condé avait pourtant dit : « Moi j’ai pris des engagements  concrets. J’ai pris des engagements d’aider les pauvres, les jeunes et les femmes. Je n’ai pas pris d’engagements de nommer des ministres malinkés, peulhs ou Sousou, ce n’est pas mon engagement. » Mais en réalité, il veut tromper qui, comme si tous les Guinéens progressistes sont des myopes? Le chef de l’Etat n’a vraiment pas besoin de faire de telles déclarations. Tant et si bien sa gestion est basée essentiellement sur les clivages ethniques. Il ne s’est entouré que des parents, proches, amis et coquins. Toute l’administration publique et privée est infestée par la tribu d’Alpha Condé.

Il en est conscient même s’il tente de tout nier. Sinon pourquoi avertit-il ? « Maintenant, on va généraliser les concours qui seront corrigés par des experts étrangers ». Cela veut tout dire. La démarche de Condé est tellement lugubre qu’elle a interpellé à un moment donné la mouvance, par la voix de Saloum Cissé : « Je lance un appel à tous les administrateurs de ne prendre que des Guinéens tout court, sans aucune coloration ethnique ou régionaliste. » Le premier vice-président de l’Assemblée nationale Saloum Cissé intervenait ainsi sur les ondes d’une radio locale, il y a juste quelques mois. Couleurs ethniques, quand tu nous tiens.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.