Grand chambardement chez Altice, Patrick Drahi reprend la main

Le groupe de télécoms et média a annoncé la démission de son directeur général Michel Combes, qui quitte également ses fonctions chez SFR.

Le Monde
|
• Mis à jour le

|

Par

Rien ne va plus chez Altice. La chute vertigineuse du cours de Bourse, qui a perdu 34 % en cinq séances et plus de 50 % depuis juin, a conduit son propriétaire Patrick Drahi à prendre des décisions radicales, sonnant comme l’aveu d’un échec de la stratégie menée depuis le rachat de SFR en 2014.

Le milliardaire a commencé par couper une tête. Altice a annoncé jeudi 9 novembre en fin de soirée le départ de Michel Combes, à la fois directeur général d’Altice et PDG de SFR, la filiale la plus mal en point d’Altice. Une nouvelle gouvernance destinée rassurer des investisseurs horripilés par les mauvaises nouvelles est mise en place. Patrick Drahi, qui avait progressivement disparu de la gouvernance d’Altice, revient aux commandes avec le titre de président du groupe. Et ce même si en réalité, le milliardaire a toujours été à la manoeuvre au sein d’Altice. C’est Dexter Goei, patron des activités américaines, qui reprend officiellement le poste de Michel Combes à la tête du groupe.

« Cost killers »

Autre nomination censée être spectaculaire, celle d’Armando Pereira, co-actionnaire et co-fondateur d’Altice avec Patrick Drahi, qui devient directeur opérationnel de l’activité télécomdu groupe. Celui qui s’est allié à l’entrepreneur dans les années 90 est toujours resté loin des organigrammes, ne prenant aucun poste. Dans le duo qu’il forme avec son partenaire, le Portugais, devenu milliardaire lui aussi, pilote les réseaux, la technique, et joue les “cost killers”. Sa première mission est d’abord de redresser la France. En septembre dernier, il en a pris la direction opérationnelle après le départ de Michel Paulin, recruté un an plus tôt.

Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires de SFR a reculé de 1,3 % à 2,76 milliards d’euros, tandis que le résultat brut a diminué de 3,2 % à 1 milliard d’euros. Dans l’Internet fixe, SFR a perdu 186 000 clients en un an, tombant légèrement sous la barre des 6 millions d’abonnés. La situation est un peu meilleure dans le mobile, où l’opérateur a gagné 75 000 abonnés.

Alain Weill, directeur général média de SFR Media et fondateur de Nextradio TV (BFMTV, RMC…), racheté par Altice, prend du galon, et devient PDG de la France, même s’il n’a aucune expérience dans les télécoms. Il devrait cependant nommer un expert à la tête de la branche, quand Armando Pereira, qui n’a pas vocation à rester indéfiniment aux manettes, prendra du champs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.