Grève de la faim : Faya Millimono et son équipe sommés de quitter l’esplanade du stade du 28 septembre

En ce premier jour de grève de la faim, qui devrait s’étendre sur une durée de 4 jours, Dr Faya Millimono et ses compagnons avaient élu domicile, l’esplanade du stade du 28 septembre à Dixinn.

A travers cette grève de la faim, le leader du BL entend dénoncer les violations des lois de la République et la crise qui mine le secteur de l’éducation nationale. Habillés en t-shirts blancs sur lesquels on pouvait lire, ‘’Nos enfants à l’école’’, les grévistes, à peine installes avec une tente  ont été sommés de quitter les forces de maintien d’ordre.

A travers cette grève de la faim, le BL dénonce les violations des lois de la République, à travers l’installation des PA et exiger le retour des élèves dans les salles de classes.

Mais les autorités guinéennes ne se prêtent pas à une oreille attentive des revendications salariales du SLECG. Alors que la crise perdure et la reprise des cours n’est toujours pas effective dans les établissements d’enseignement privé.

En plus du gèle de leurs salaires, plusieurs enseignants grévistes ont été condamnés à Conakry, Kindia et la Labé à 6 mois de prison avec sursis. Et dans les autres préfectures de la Guinée profonde, les enseignants font l’objet des menaces de la part des autorités en place.

C’est le cas de Pita par exemple où certains enseignants grévistes, cachés depuis l’arrivée du ministre dans la localité, sont activement recherchés.

Et pourtant, cette démarche de Faya Millimono avait été vivement saluée, parce qu’elle permet de changer de stratégie et éviter les manifestations de rue avec leur cortège de malheurs. Mais apparemment les autorités guinéennes ont un tout autre agenda.

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.