Grève générale : plusieurs syndicalistes interpelés

Au quatrième jour de la grève générale illimitée à l’appel de l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG, le mouvement commence à se radicalise. En effet, le syndicat des transporteurs, reproché de n’avoir pas pris ses responsabilités face au refus du gouvernement de diminuer le prix du carburant à la pompe [les véhicules circulaient, NDLR] ont érigé des barricades sur de nombreux axes routiers de la ville de Conakry, notamment sur l’autoroute Fidel Castro.

Une décision qui n’a visiblement pas plu aux autorités. C’est ainsi que plusieurs syndicalistes, meneurs du mouvement ont été arrêtés par les forces de l’ordre ce matin à Bonfi, Ratoma ou encore Cité-Enco5. Une dizaine d’entre eux, détenus au commissariat de Bonfi ont été libérés vers midi.

Des interpellations que dénoncent les grévistes qui entendent accentuer la pression sur le gouvernement guinéen, jusqu’à la satisfaction de leurs revendications qui concernent principalement la fixation du prix du carburant à 5 500 francs guinéens.

Malgré la poursuite des négociations jusque tard la nuit dernière, les lignes défendues par chacune des parties n’ont pas véritablement bougé. Le gouvernement refuse de baisser le prix du carburant au-delà de 7 500 francs.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.