Grève syndicale : le RPG opte encore pour l’amalgame

Le parti au pouvoir ne déroge pas à la règle : les mouvements syndicaux sont orchestrés par les opposants. C’est encore l’amalgame. En lieu et place des solutions sociales pour des mouvements sociaux, le RPG voit rouge et pense politique. Il oublie que ce sont des engagements pris par le gouvernement qui ne sont pas respectés à la lettre.

« Il n’y a pas eu d’augmentation parce que quand ils ont appliqué la nouvelle grille salariale, nous avons constaté une rétrogradation, c’est-à-dire une baisse de salaire. Nous avons constaté que ceux qui viennent d’être recrutés, ont un salaire qui dépasse les anciens. Donc, l’ancienneté n’a pas été prise en compte. Il y a eu tellement de manquements et de frustrations que si on ne se lève pas pour se battre, nous serons à la merci de la société comme tel est le cas aujourd’hui. Quand vous rencontrez un enseignant, vous avez le cœur brisé », insiste et signe un syndicaliste persécuté, principal dissident du SLECG.

Pendant ce temps, au RPG ont suit « avec amertume les agitations de certains syndicalistes dans les quartiers. »Le parti dénonce « certains politiciens mal intentionnés », accusés de tirer les ficèles en tentant une récupération.Avec nos confrères de média Guinée, Lansana Komara accuse ouvertement : « Ce n’est plus un mouvement syndical, il y a de la récupération. Ils sont très ridicules, ce qu’ils n’ont pas pu obtenir dans les urnes, ils veulent l’obtenir dans la rue, mais le peuple de Guinée ne se laissera pas faire. Le pouvoir en Guinée, c’est dans les urnes, mais ils ont peur d’aller aux élections. Et à chaque fois que le professeur Alpha Condé sort pour débloquer des montants, eux, ils fabriquent autre chose à l’intérieur du pays. »

Erreur d’appréciation !

 

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.