Guinéanité : les germes d’une déchirure sociale possible

Il y a un gros risque d’implosion en Guinée. La crainte plane depuis l’entre-deux-tours de la présidentielle de 2010, avec la fameuse eau empoisonnée qui a eu comme conséquence, la chasse au faciès notamment en Haute Guinée. Depuis, les discours politiques se raidissent et les clivages se cristallisent.

Aujourd’hui plus qu’hier, la montée du tribalisme va crescendo. On n’est plus porté sur la GUINEANITE. En effet, le pays est malade de ses hommes. Alhassane Condé ancien ministre est allé jusqu’à qualifier Dalein Diallo de Somalien et donc qu’il devrait retourner chez lui ( ?). Aujourd’hui, c’est le tour d’Alpha Condé, le Burkinabè balafré, pour ainsi reprendre les termes d’Elie Kamano, artiste guinéen. Il y a des ans, Lansana Conté est Bissau-guinéen. Il y a de quoi avoir peur. Surtout que les conceptions de cette fameuse Guinéanité s’approfondissent davantage sous Alpha Condé. Tantôt, il prône l’unité des Guinéens, tantôt il déchire le tissu social.

Avec la sortie du Mollah de Kindia et suite au sermon du l’Imam de Conakry, le jour de la Tabaski, Alpha Condé déclare : « Je ne peux pas dire mieux que ce qu’a dit l’imam et ce qu’a dit le Khalif de Pita. La Guinée ne peut  avancer que si tous les Guinéens se donnent la main. S’ils oublient qui est Soussou, qui est Malinké, qui est Peul ou Guerzé…qu’ils pensent qu’ils sont d’abord guinéens. Je pense que c’est le plus grand message. La Guinée ne peut pas se développer si on ne se donne pas la main. Nous serons la risée des autres peuples si nous ne nous donnons pas la main. Nous souhaitons donc l’unité nationale; la concorde nationale. Que Dieu fasse que les Guinéens s’aiment les uns les autres ».

Auparavant, Dalein Diallo avait émis toute sa crainte : « Est-ce que les Guinéens ont fait preuve de beaucoup de responsabilité, d’esprit républicain ? On aurait dû vous dire d’aller vous présenter au Burkina parce que vos parents viennent de là-bas. On ne l’a pas fait parce que vous êtes guinéen, vous êtes né en Guinée et vous avez la nationalité guinéenne ; même si on dit que votre mère est Malienne ou bien votre père est Burkinabé. Vous avez le droit d’être élu et d’élire en République de Guinée. On ne vous a jamais opposé cela en Guinée. Les Guinéens, généreusement, ne vous ont jamais opposé votre origine. » Et d’ajouter : « Il faut que la Guinée se modernise et qu’on se débarrasse de ces mesquineries. Et, la République doit être entendue. Nous voulons vivre dans un pays moderne où chaque citoyen exercera pleinement tous ses droits. » Et Dalein Diallo d’interpeller Alpha Condé : « Monsieur le Président de la République, ce comportement vous interpelle. Il faut que vous rassuriez que vous êtes le Président de tous les guinéens et de toute la République. »

A sa suite, c’est Gassama Diaby qui explose : « Des lors, il y a de quoi s’inquiéter pour l’avenir démocratique et national de notre pays. L’histoire réserve une place honteuse à ceux et celles qui œuvrent pour désunir les Guinéens et détruire notre rêve de nation. Pour que chacun d’entre nous soit heureux et fier d’être de cette patrie, la patrie de tous les Guinéens, sans exception….de Conakry à Yomou. Tout Guinéen est chez lui partout en Guinée. Violer ces valeurs, c’est détruire les fondements constitutionnels et moraux de notre pays.  Lorsque ceux et celles qui doivent incarner, au nom de notre Nation, le magistère moral et républicain, dérapent, alors notre rêve de Nation démocratique et citoyenne deviendra un cauchemar invivable ».

Haro donc sur la Guinéanisation.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.