Guinée : Après le vote, l’heure est au dépouillement

Plus de 6 millions de guinéens étaient devant les urnes dimanche pour élire un nouveau président pour un mandat de 5 ans.

Le président sortant, Alpha Condé, candidat à sa propre succession, était face à 7 conccurents dans la course pour le fauteuil présidentiel, dont 3 anciens Premiers ministres, deux anciens ministres, un ancien fonctionnaire et une femme.

Un scrutin entaché des irrégularités

Plusieurs cas d’irrégularités ont été signalés dans différents endroits du pays. Manque ou insiffisance du matériel électoral (bulletins de vote, envoloppe,encre,…), retard de l’ouverture de plusieurs bureaux de vote, éloignement des bureaux de vote pour certains électeurs, c’est le constat de nos reporters sur le terrain. Une situation qui a améné la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à prolonger la durée du vote jusqu’à 20 heures, et ce, pour permettre à tous les citoyens d’accomplir leur devoir civique. En plus, certains électeurs ont reçu deux cartes d’électeurs différentes.

A Bambéto, par exemple, 12 bureaux de vote n’ont pu démarré qu’aux environs de 11 heures, faute de matériel électoral. Alors que le code électoral prévoit le des opérations de vote à 7 heure pour terminer à 18 heures.

A Dounet, dans la préfecture de Mamou une tentative de bourrage d’urne a été empêché par les délégués des partis politiques de l’opposition. Se confiant à notre correspondant local, de sources crédibles rapportent que des responsables du RPG arc-en-ciel seraient à l’origine de cet acte malsain.

Le pire, certains bureaux de vote ont été installés dans des domiciles privés ou des lieux non appropriés : c’est le cas de Dixinn par exemple, où des bureaux de vote ont été installés au domicile du Gouverneur de la ville de Conakry, Soriba Sorel Camara. Un acte qui n’est pas conforme au code électoral. De même, au quartier Hamdallaye CEPERTAM, certains électeurs ont voté dans un Bus.

Après les opérations le dépouillement se poursuit

Les opérations de dépouillement ont commencé dans la soirée du dimanche et se poursuivent dans les différentes circonscriptions du pays. Les résutlats des certains bureaux de vote commencent à tomber au compte-goutte, et publiés sur les médias privés, à travers la synergie des radios privées, fm Guinée, où une centaine de journalistes sont déployés sur l’ensemble du territoire nationale.

Ces résultats seront acheminés au niveau des commissions de centralisation des résultats installés dans les différentes communes et préfectures du pays.

La CENI, face à ses responsabilités

Alors que les résultats provisoires sont attendus le 16 octobre prochain, selon le président de l’institution électorale, la CENI, qui fait l’objet de toutes les critiques, est face à ses responsabilités, compte tenue de la mauvaise organisation du scrutin et les résultats qui en découleront.

Déjà, certains candidats tirent la sonnette d’alarme, en annoçaont par avance qu’ils ne reconnaitront pas les résultats publiés par la CENI.

En entendant, la suite des opérations de dépouillement, la CENI sera face à la presse ce lundi 12 octobre 2015 à la Maison commune des journalsites, pour faire le point sur le déroulement du scrutin.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.