Guinée : La charte de la transition enfin dévoilée

Le CNRD a rendu public lundi la charte de la transition. Elle s’appliquera jusqu’à l’instauration d’une nouvelle Constitution guinéenne et détermine le cadre juridique de la période de transition.

Le texte prévoit  les institutions qui accompagneront la transition, à savoir le Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), son président, un gouvernement et un Conseil national de transition (CNT) qui fera office de Parlement. Ce dernier sera composé de 81 membres, allant des partis politiques aux forces vives de la nation, dont les organisations syndicales, patronales, de jeunesse, la presse et des forces de défense et sécurité. 

Dans cette charte, il est indiqué que les membres du gouvernement et les responsables d’institutions en vigueur sous le régime du président déchu Alpha Condé sont exclus de la transition dont la durée sera fixée par le CNT et les forces vives de la nation. 

 Toutefois, il a été précisé que les personnes participant à la transition seront interdites de candidature aux prochaines élections nationales et locales, à commencer par le Chef de l’État, le colonel Mamady Doumbouya. « Une disposition n’étant susceptible d’aucune révision », souligne le texte.

« Le Président et les membres du Comité National du Rassemblement pour le Développement ne peuvent faire acte de candidature ni aux élections nationales ni aux élections locales qui seront organisées pour marquer la fin de la Transition. », précise-t-on. Ajoutant que : « La présente disposition n’est susceptible d’aucune révision. »

En plus, il a été indiqué qu’avant son installation, le Président de la Transition prête le serment ci-dessous, devant la Cour Suprême :
« Moi………….., Président de la Transition, je jure devant le peuple de Guinée de préserver en toute loyauté la souveraineté nationale, de respecter et de faire respecter les dispositions de la Charte de la Transition, la dignité humaine, les lois et règlements de la République, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur de la Nation, de consolider les acquis démocratiques, de garantir l’indépendance de la patrie et l’intégrité du territoire national.
Je m’engage solennellement, et sur mon honneur, à collaborer avec les organes de la transition pour la réalisation et la préservation de la cohésion nationale. En cas de parjure, que je subisse les rigueurs de la loi ; je le jure ».

Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.