Guinée: Le bras de fer se poursuit entre autorités et opposants au 3ème mandat


Pendant que le pouvoir veut passer à la vitesse supérieure pour faire passer de gré ou de force, le fameux projet de reforme constitutionnelle, synonyme de maintien au pouvoir du Président Alpha Condé, au délà de son mandat constitutionnel, la résitance s’organise.
Alors que les autorités maintiennent l’interdiction de manifester sur toute l’étendue du territoire, les opposants au 3ème mandat ne désarment pas.
Actuellement, les autorités préfectorales de Forécariah sont visée par une plainte du
Front national pour la Défense de la Constitution (FNDC). Cette plainte intervient après la libération du représentant du FNDC dans cette préfecture, Alpha Paina Camara, qui avait été arrêté il y a quelques jours, suite à un mouvement de protestation contre un 3ème mandat.
Pendant ce temps, le Coordinateur local du Front national pour la défense de la Constitution de Kouroussa a été jugé et condamné à 16 mois de prison avec sursis par la justice guinéenne.
Au même, le FNDC annonce une autre plainte contre le préfet de N’Zérékoré, Sory Sanoh, le Gouverneur de la région, Ismael Traoré et le Maire de la Commune urbaine de N’Zérékoré, Moriba Alpbert Delamou.
Cette plainte fait suite à a décision des autorités locales d’interdire une manifestation aux membres de l’antenne régionale du FNDC de N’Zérékoré.
Malgré les tentatives d’intimidations des autorités guinéennes, les opposants au 3ème mandat multiplient les initiatives.Et pour l’instant, les positions se radicalisent autour du projet d’une nouvelle constitution, que le gouvernement veut coûte que coûte faire passer en référendum, malgré les hostilités.


Alfred Bangoura, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.