Guinée : le Conseil des ministres ignore la grève générale qui paralyse le pays

Pendant qu’une grève générale illimitée paralyse tous les secteurs d’activités de la Guinée, le Conseil des ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 18 février. Présidé par le président de la République Alpha Condé, à en croire le compte rendu fait par le porte-parole du gouvernement Albert Damantang Camara, à aucun moment il n’a été question de la crise sociale qui frappe le pays depuis lundi dernier avec cette grève. Pourtant, les séances de négociations se sont succédées ces dernières heures sans qu’un consensus ne soit trouvé par les deux parties.

Pour accentuer la pression sur le gouvernement, les syndicalistes ont barricadé ce jeudi matin la plupart des routes de la capitale Conakry, empêchant ainsi les rares taxis et minibus récalcitrants de circuler notamment sur l’autoroute Fidel Castro. Des véhicules ont été saisis et conduits aux bases des syndicalistes par les grévistes.

En ignorant d’aborder [officiellement] le sujet, les autorités envoient un message on ne peut plus clair au mouvement syndical guinéen, indiquant qu’elles ne sont pas prêtes à céder sur les revendications de l’inter-centrale syndicale CNTG-USTG qui réclame la diminution du prix du litre de carburant à 5 500 francs guinéens à la pompe.

Thierno Diallo, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.