Guinée : Le dialogue politique se heurte à un nouveau blocage

Alors l’espoir d’une sortie de crise renaissait après l’implication de la communauté internationale, le dialogue politique inter guinéens se heurte à un nouveau blocage. Et ce, après le refus de l’opposition de signer vendredi un accord d’étape.

Au 15ème du dialogue politique qui s’était ouvert depuis le 18 juin dernier, un accord d’étape a été signé entre la mouvance et la communauté internationale sans l’opposition républicaine, qui a préféré bouder la signature. Raison évoquée, les résultats obtenus ne signifient absolument rien au regard des points de revendication.

C’est en tout cas ce que pense Mamadou Bah Baadiko de l’UFD :  »Les résultats obtenus par l’opposition au cours de dialogue sont extrêmement maigres au point qu’ils ne peuvent pas résoudre les problèmes de l’opposition’’, a-t-il estimé.

L’opposition qui avait renoncé à l’organisation des élections communales avant la présidentielle, a tout de même exigé la recomposition de toutes les communes urbaines et rurales de Guinée, et non des 28 délégations spéciales seulement.

Une proposition que la mouvance ne veut pas entendre. Pour la majorité présidentielle, s’il doit y avoir recomposition des conseillers communaux, ça ne devrait pas porter sur l’ensemble des communes, mais sur les 28 délégations spéciales.

De son côté, le représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest, qui décidé de signer le document de, a rappelé que le présent Accord d’étape est le fruit des consultations des deux parties, de la société civile et d’autres partenaires de la Guinée.

Mohamed Ibn Chambas, a par ailleurs promis qu’au cours de son compte rendu au Conseil de sécurité des Nation-Unies, le mardi 7 juillet, il défendra l’idée selon laquelle, la communauté internationale doit continuer à accompagner la Guinée dans son processus électoral.

Alors que l’opposition parle déjà d’échec des négociations, une autre rencontre est prévue lundi entre les acteurs politiques, mais le représentant Spécial de l’ONU en Afrique de l’Ouest Ibn Chambas a et celui de la francophonie, Mohamed Salia Sokona, ont déjà quitté Conakry.

S’achemine-t-on vers un nouveau blocage ?

Waid and see

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.