Guinée : les résultats provisoires vus par les responsables des partis politiques à Labé

Les résultats provisoires globaux publiées par la ceni (commission électorale nationale indépendante ) donnant le candidat sortant, Alpha Condé vainqueur dès le premier tour avec 57,85 % des suffrages exprimés, devant le chef de l’opposition, Cellou Dalein Diallo à 31,44 , continuent de susciter le débat dans les rangs des partis politiques à Labé , ville située à plus de 400 kilomètres de la capitale et bastion de l’opposition.

Après le rendez-vous des urnes du dimanche 11 octobre 2015, la fédération de l’UFDG (union des forces démocratiques de Guinée) de Labé, affirme être solidaire à la décision prise par leur leader : « Notre point de vue a été bien décliné avant que les résultats provisoires ne sortent. Cette élection n’été qu’une farce électorale, une mascarade électorale. C’est ce qui a justifié d’ailleurs avant même la centralisation des résultats d’avoir retiré notre personnel au niveau de la CENI et au niveau de tous les centres de centralisation.» Se justifie le député uninominal de Labé, Mamadou Cellou Baldé.

Pour sa part Mamadou Bobo Prof Bah responsable de la jeunesse de l’UFR (union des forces républicaines) de Labé a fustige les résultats provisoires globaux : « Au lendemain de ces élections, on a reçu un communiqué nous demandant de retirer tous nos représentants au niveau des CEPI et CESPI parce qu’on a déjà vu la mascarade électorale qui s’est passée. Donc de ce fait, vu que ces élections ne se sont pas bien déroulées et vu les irrégularités constatées, nous avons décidé de nous retirer ».

Du côté de la mouvance présidentielle, l’ambiance est festive et la fierté accompagne les résultats. Idrissa Camara, secrétaire général du RPG arc en ciel Labé 2 s’est réjoui : « Nous ne pouvons que nous réconforter des résultats que nous ont été présentés. C’est une grande première la façon de diffuser ces résultats-là, on n’avait jamais connu. »

A l’heure qu’il fait, les regards sont tous braqués sur la naissante Cour Constitutionnelle pour qu’elle valide ou invalide les résultats globaux publiés par la CENI (commission électorale nationale indépendante).
Il est à rappeler que le parti de Cellou Dalein Diallo UFDG, arrivé deuxième à la présidentielle du 11 octobre 2015 a décidé de ne pas saisir la Cour constitutionnelle qu’il qualifie d’être inféodée au pouvoir actuel.

Sally Bilaly Sow , correspondant kabanews à Labé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.