Guinée : L’opposition accepte la tenue des élections présidentielles avant les communales

Les opposants d’Alpha Condé ont finalement accepté l’organisation des élections présidentielles avant les communales et communautaires, mais pas sans condition. L’annonce a été faite ce mercredi au terme d’une réunion tenue dans les locaux de l’UFR, au cours de laquelle, les leaders ont exprimé leur nouvelle position dans le processus électoral.

Le mois dernier, l’opposition avait suspendu sa participation au dialogue politique, n’étant pas convaincu d’une issue consensuelle sur les différents points de revendication. Elle estimait que ses points de revendications étaient non négociables,  notamment en ce qui concerne le chronogramme électoral.

Les résultats de ces accords sont les fruits des plusieurs tractations à travers des réunions informelles entre pouvoir et opposition sous l’égide de la communauté internationale.

Après le compte rendu de Sidya Touré à ses pairs de sa rencontre, avec Alpha Condé, l’opposition a marqué son accord, et un consensus a été trouvé sur le premier point majeur du désaccord, à savoir, la recomposition des délégations communales. Le porte-parole de l’opposition, Aboubacar Sylla revient sur ce consensus.

«Nous avons tous pris bonne note des avancées qu’il y a eu concernant notamment  les délégations spéciales  et les conseils communaux » a déclaré Aboubacar Sylla au sortir de la réunion.

A noter que les deux parties se sont convenues de procéder à la recomposition des 128 délégations communales au lieu de 28 initialement proposé par la mouvance présidentielle.

Mais tout n’est pas fini, l’opposition demande l’audit du fichier électoral et la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

« Nous insisterons encore sur la répartition partielle de cette institution ». Toutefois, les négociations vont continuer pour faire avancer les choses, indique le porte-parole de l’opposition républicaine, avant la date du 11 octobre.

Toutefois, l’opposition pose des préalables, comme  l’audit du fichier électoral : « Nous avons réitéré que ce fichier est totalement corrompu, avec l’enrôlement de mineurs  qui est taillé sur mesure et ne peut pas servir à l’organisation d’élections transparentes, équitables dont les résultats pourront être acceptés par tous  les compétiteurs électoraux. Nous avons donc proposé de  prendre des dispositions pour que ce fichier connaisse un minimum d’assainissement  afin qu’il soit consolidé et apte à servir de base  au prochain scrutin. Notamment  nous ferons en sorte que ce fichier soit audité et faire en sorte que les termes de référence qui vont impliqués le comité paritaire à mettre en place pour  que la consolidation du fichier soit  adapté à la situation Nous insistons sur la CENI, parce que sa neutralité et l’impartialité repose sur l’équité dans sa composition selon les dispositions de la loi » ?

Une rencontre informelles entre les acteurs politiques des deux bords et des représentants de la communauté internationale est annoncée demain

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

.

  1. Mahmoud Diallo dit

    Que faites-vous de toutes ces personnes qui sont tombées sous les balles de Alpha Condé à cause de la tenue de ces communales avant les présidentielles ? Il va encore vous embourbinez dans une histoire de dialogue jusqu’à la veille de l’élection et la révision de ce fichier et cette recomposition de la CENI n’auront pas lieu par ce que vous n’êtes que des amateurs et non des ploiticiens

  2. IBRAHIMA dit

    Beuf !!! Koro a déjà fini de corrompre le système électoral…Que peut on attendre de ce processus? Bon on verra l’intérêt d’un tel accord à moins de 60 jours du scrutin…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.