Hériter un pays et non un Etat : Alpha Condé tranche !

« Le bilan de cette indépendance doit susciter en nous à la fois un sentiment de fierté et de courage, car nous avons démontré notre capacité à gérer un Etat qui n’a connu ni déchirement, ni effondrement. Nos difficultés inhérentes à la construction d’un Etat ne nous ont pas non plus éloigné des valeurs essentielles de la préservation de notre nation et de la cohésion sociale. »

On se rend à l’évidence avec cet extrait de l’adresse à la nation d’Alpha Condé, ce 2 octobre 2018 que le président guinéen est un bluffeur. Et de mauvais alois. Il avait déclaré en effet, parlant de la Guinée qu’il a hérité un pays et non un Etat. Cette boutade avait hérissé les poils de Jean-Marie Doré : «Quelqu’un a dit qu’il a trouvé un pays mais pas un État. Je crois qu’aujourd’hui, il n’y a ni pays, ni État. C’est terrible. Mais je dis bien que la police ne peut pas mener une opération à l’extérieur avec ses armes et ses véhicules sans qu’elle n’ait reçu de l’ordre. Si maintenant, il faut allumer des torches comme Diogène cherchait un homme, pour chercher le commanditaire, cela veut dire que l’État n’est pas l’État. »

Des années après, c’est le tour de Sékouba Konaté de s’offusquer : « Quand j’entends les gens dire ‘’j’ai trouvé un pays et pas un Etat’’, je voudrais qu’il me donne la définition de l’Etat ou bien d’un pays. » Et d’enseigner : « L’Etat, c’est une continuité. Je me rappelle très bien que quand vous avez interviewé le Premier Ministre Ahmed Tidiane Souaré, c’est des gens qui ont mis des jalons, tout était bien tracé, tout était là. Le gens n’ont fait qu’accomplir maintenant ce que le Général Lansana Conté a fait comme base. Mais comme il n’y a pas d’élections libres, transparentes, c’est pour cela le pays a été bloqué, le FMI, la communauté internationale… L’Etat, c’est une continuité ; lui il est là-bas aujourd’hui, mais en 2020 quand il va quitter, un autre va venir et lui il sera obligé de continuer. » Le discours de Condé en ce 2 octobre change : « Nous avons démontré notre capacité à gérer un Etat qui n’a connu ni déchirement, ni effondrement. » Alpha Condé se plante seul avec sa boutade.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.