Imposture et discours fallacieux : Kassory dans la nasse !

Plus on voit le Premier ministre à l’œuvre, plus on se rend compte qu’il est l’incarnation même de la gouvernance Condé : insulter, faire de la démagogie, annoncer puis se féliciter « des grosses performances de la gouvernance ». Mais, le moindre mouvement de revendication catégorielle, on crie à tue-tête que les caisses sont vides, que les opposants n’ont pas voulu que le pays se développe. C’est ainsi que Kassory Fofana vient d’être encore d’être rattrapé par ses discours fallacieux et démagogiques tenus au cours de sa tournée dans la région de la Savane.

« Nous sommes le pays le plus financé de la sous-région. » Suffisant pour avoir de l’eau à la bouche et d’inviter par la même occasion les uns et les autres de réclamer la part des ressources. Seulement, le même qui se réjouie précise : « Il n’est pas possible qu’on puisse donner les 40% d’augmentation de salaire aux enseignants sur un exercice budgétaire et qu’on revienne pour dire il faut augmenter encore. On ne peut pas négocier 8 millions de salaire de base. On n’a pas ces moyens. »

Et de se lamenter, oubliant que c’est lui-même qui a dit que tous les indicateurs sont au vert : «Notre budget est soutenu à 30% par l’aide extérieure donc, il y a une certaine chose que nous ne pouvons pas nous permettre. Ce n’est pas de l’arrogance mais je dis que les 8 millions comme salaire de base n’est pas envisageable. Quand j’entends le syndicat dire de faire des coupes dans le budget pour mettre sur les salaires, c’est parce qu’il ne sait pas les limites de mes prérogatives. C’est au parlement de décider du budget, pas le Premier ministre. » Et c’est encore le même qui déclarait : «D’ici 2020, tous les problèmes seront réglés : électricité, routes. Nos adversaires savent que ce qu’il a fait en 7 ans et demi, aucun de ses prédécesseurs ne l’a réussi. Au moment où il prenait les rênes du pouvoir, la Guinée était frappée par l’endettement public qui dépassait les 100% de notre PIB. Mais aujourd’hui, il a restauré l’économie et notre pays est le plus solvable de la sous-région. Il n’y a pas un seul pays qui gagne plus de financements que la Guinée. Mais nos adversaires ne veulent pas lui donner l’opportunité. C’est pourquoi chaque jour, c’est des marches, des grèves. »

Si donc la Guinée est la cible de tous les grands financements, pourquoi le carburant est à la hausse ? Pourquoi les enseignants n’ont pas leur 8 millions GNF ? Pourquoi, les étudiants boursiers établis ailleurs ne le sont presque plus ? Pourquoi le réseau routier est aussi chaotique ? Pourquoi, jusqu’à présent, l’eau ne coule pas au robinet d’une façon régulière ? Pourquoi Don Kass, le système de santé n’est comparable à aucun autre de la sous-région  y compris dans les pays qui sortent de plus de dix ans de guerre civile ? Le même mensonge, la même rythmique, les mêmes rimes. La Guinée fait pitié. En lieu et place des projets réalistes et réalisable, écoles, équipement, infrastructures, etc., Kassory nous renvoie au futur : « D’ici deux ans, la Guinée sera un pays exportateur d’électricité. » Kassory est tout simplement un imposteur.

 

Jeanne Fofana, correspondant www.kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.