Insécurité : Double meurtre à Conakry


L’insécurité refait surface à Conakry. La seule journée du vendredi 20 septembre deux jeunes adolescents ont été froidement abattus par des inconnus armés.

La première victime est un jeune pompiste à la station Total d’Hamdallye dans la Commune de Ratoma.

Selon le témoignage de ses proches, Aboubacar Karim Sylla, domicilié a été victime d’une attaque à main armée tôt le matin du vendredi 20 septembre, alors qu’il partait au travail.

« Ce jour-là, après avoir accompli la prière de l’aube, Aboubacar Karim Sylla a pris le chemin du quartier Hamdallaye, où il devait commencer le travail à 7 heures à la station Total, situé tout près du carrefour concasseur. Mais il n’arrivera pas à destination, parce qu’il est tombé dans une embuscade d’un groupe d’hommes armés qui l’ont attaqué. Il a reçu un coup à la nuque. Du coup, il est tombé et ils ont jeté son corps dans un fossé au quartier Kakimbo, son téléphone emporté par les malfrats. Toute la journée, on a cherché à le joindre sans succès. Et sa famille pensait qu’il était au travail. Ce n’est qu’après son corps a été retrouvé. Et il a été inhumé ce dimanche à Kipé », raconte un ses collègues rencontré cet après-midi au station Total d’Hamdallaye.

Le même jour, dans la soirée, c’est un autre cas de meurtre d’une jeune fille presque similaire.

Aissatou Diouldé, une jeune élève de la 10ème Anne, âgée de 17 ans a succombé à ses blessures dans la nuit du vendredi 20 septembre 2019, après avoir reçu une balle en balle en pleine poitrine, suite à une attaque armée, au quartier Démoudoula, commune de Ratoma.

« La fille est sortie, ils sont restés non loin du domicile. C’est à cette occasion qu’ils ont été braqués par un homme armé qui a retiré leurs téléphones portables avant de leur dire de fuir, sinon il va tirer sur eux.  Dans cette fuite, le braqueur aurait tiré une balle qui s’est logée dans le dos d’Aissatou Diouldé qui est tombée. Aussitôt, le jeune serait allé réveiller la belle sœur de la fille. Ensemble ils sont venus prendre la fille l’amener au CMC de Ratoma où ils n’ont pas été reçus faute de places. Ensuite à Donka, puis à Ignace Deen où c’était trop tard », a confié un proche de la victime chez nos confrères d’africaguinee.com.

Aux dernières nouvelles, un premier suspect a été arrêté par la police pour des fins d’enquêtes. Il s’agit, d’après notre source, du jeune qui était avec elle, au moment du braquage.

Ce double meurtre relance le débat sur la situation d’insécurité dont sont exposés les citoyens en cette période hivernale.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.