Insécurité en Guinée: Vers des journées sans commerce

Alors qu’El hadj Doura Diallo, un opérateur économique de la place, kidnappé par des inconnus il y a deux semaines, est toujours dans les mains des ravisseurs, les opérations économiques guinéens s’inquiètent de la dégradation de la situation d’insécurité en Guinée.

Au cours d’une réunion tenue à Conakry, les opérateurs économiques guinéens envisagent de fermer boutiques et magasins sur toute l’étendue du territoire national. La démarche vise à protester contre l’insécurité, notamment, les opérations de vol à mains armées et de kidnapping dont sont souvent victimes les commerçants. Le dernier en date est celui de l’enlèvement d’El hadja Doura Diallo, kidnappé tout près de son domicile, alors qu’il se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube.

Selon une source proche de la famille de la victime, El hadj Doura, demande à sa famille de ne pas payer même un franc pour sa libération.’’j’ai plus de 80 ans, même si on me tue aujourd’hui, ce n’est rien, j’ai tout eu dans ma vie’’ aurait déclaré El hadj Doura qui se trouve toujours dans les mains des ravisseurs.

Avant cet enlèvement, le fils d’El hadj Geurguédji, avait été kidnappé il y a deux mois, dans les mêmes circonstances. Il a fallu payer que quelques 400 000 dollars pour que les ravisseurs libèrent le fils de cet opérateur économique.

Depuis 2009, quelques 17 cas d’enlèvement et d’opérations d’attaques armées ont été perpetrées contre des opérateurs économiques guinéens, dont la perte est estimée à 219 milliards de francs guinéens. De quoi justife la décision des commerçants guinéens de paralyser le pays, pour dénoncer l’indifférence de l’Etat face à la situation d’insécurité en Guinée.

Abdoul Wahab Barry, Kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.