Insécurité: Un présumé auteur des ‘’faux documents’’ épinglé par les forces de sécurité

Les services de sécurité guinéens viennent de mettre main sur un présumé auteur des faux documents administratifs. Abdoulaye Soumah, parce que c’est de lui qu’il s’agit, a été présenté à la presse.

S’il reconnait les faits qui lui sont reprochés, ce présumé auteur des faux documents dit n’est pas être seul dans cette affaire.

S’exprimant sur le sujet, le Commissaire principal Traoré Daba, Directeur adjoint par intérim de l’Office Centrale Chargée de la Lutte Contre le Crime Organisé revient sur les circonstances de son interpellation.
« Il y a de cela deux semaines, nos services ont été informés de l’établissement de faux documents relatifs à la circulation des véhicules et l’autorisation de conduire, dans les périmètres du CADAC, où nos investigations menées ont abouti à l’interpellation de Mr Abdoulaye Soumah, se disant diplômé d’une Université Franco-arabe. Il a été trouvé porteur de ces faux documents fabriqués par un groupe de faussaires. Ces faits sont prévus et punis par la loi. Les enquêtes se poursuivent et tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire seront déférés devant le TPI de Mafanco »

Interrogé sur les accusations portées contre lui, Abdoulaye Soumah, qui reconnait les faits, dit n’avoir pas mesuré la gravité de cet acte.

« Je suis un père de famille, c’est dans ce travail que je me débrouille. J’ai fait l’école Franco-arabe mais, comme nous nous n’avons pas la chance d’avoir du boulot, raison pour laquelle je me suis dit de chercher mon pain journalier dans la vente de ces documents. Je ne suis pas au courant de cette histoire de permis de conduire mais, c’est moi qui vends les autres cartes. Je ne savais pas que ce que je faisais était mauvais. Depuis que j’ai été arrêté tous mes amis ont fui », a-t-il déclaré.

De son Coté, le Colonel Moussa Thiégboro Camara, Secrétaire général à la Présidence Chargé des Services Spéciaux, de la Lutte Contre la Drogue et du Crime Organisé, se dit touché par l’inconscience de certains guinéens irresponsables et promet de sévir : « Il faut se dire tout simplement qu’il y a problème. Les documents officiels de l’Etat ne doivent pas être falsifiés à plus forte raison fabriqués à l’image de l’original. Ce Monsieur n’est pas seul parce que quand il a été interpelé, sa première déclaration était ‘’je ne suis pas seul’’. L’enquête reste largement ouverte pour que tous les complices ou auteurs soient identifiés, interpelés et traduits devant les tribunaux ».

Mariam Diallo, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.