Installation des exécutifs communaux à Kankan : pour Kasouf Kaba « c’est le RPG qui a pris le processus en otage !

Ça va bientôt faire un an que les communales du 4 février 2018, ont pris fin partout en Guinée. Cependant jusqu’ici, le bureau exécutif de  la commune urbaine de Kankan, peine à s’installer. Pour discuter de ce grand retard, qu’accuse le processus, M. KASSOUF KABA était l’invité de l’émission à « l’horizon des actualités », sur les ondes de la radio Horizon FM.

Ça va faire bientôt un an jour pour jour, que les citoyens de Kankan, après s’être acquittés de leurs votes, attendent avec beaucoup de sérénité l’installation de leurs élus locaux au niveau de l’exécutif communal. Pour  KASSOUF KABA, président du mouvement « an di sé » et candidat indépendant à la mairie de Kankan, c’est le parti majoritaire le RPG qui a pris le processus en otage.

« Le problème aujourd’hui, c’est le problème interne du RPG qui prend tout le monde en otage, l’administration, les candidats tout comme la population.  En un an déjà, on pouvait faire beaucoup de chose ne serait-ce que l’assainissement de la ville ou du moins établir des diagnostiques et connaitre les problèmes, les poser. Mais au lieu de ça, nous avons perdu un an pour rien. Ce n’est qu’un petit groupe  qui prend tout le monde en otage ». A-t-il dénoncé.

A savoir si la division qui sévit actuellement dans les rangs du parti présidentiel, ne serait pas en la faveur de ses adversaires, le numéro un du mouvement « an di sé » répond. «  Je ne souhaite pas qu’il ai de divisions au sein du RPG pour que je vienne à la tête de la commune. je voudrais que l’ensemble des vingt-neuf(29) conseillers se réunissent, je me présente, je les bats et je deviens Maire. Parce que diviser les gens pour régner n’est pas une stratégie pour moi», a-t-il signalé.

Même si son mouvement n’a qu’un seul conseiller pour l’élection du maire, il dit croire en ces chances. Tout en assurant jouir du soutien de la population.

« Les gens se disent aujourd’hui dans les couloirs, pourquoi ne pas donner la gestion de la mairie au candidat indépendant ? Alors contrairement à d’autres, moi je ne pense pas que je sois désavoué par la population». A-t-il conclu.

A noter qu’en début de semaine, de nombreux jeunes de la localité, sont descendus dans la rue pour exiger l’installation du conseil communal.

CHEICK-SEKOU BERTHE, CORRESPONDANT www.kababachir.com à Kankan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.