Isolons Ebola : la foire d’empoigne de Cheickh et sa bande !

Connu pour sa boulimie des deals et autres affaires peu avisées, Cheick Traoré ‘’Honorable’’, revient sur cette foire d’empoigne qu’est : Isolons Ebola. Alors qu’on n’a pas encore fini de démêler l’écheveau, ce désormais proche d’Alpha Condé accorde une interview à notre confrère Mamadou Sakho pour tenter de se blanchir.

C’est ainsi que Cheick dit avoir mis en place, en France, « un projet culturel autour de Monique Séka pour une œuvre qu’on appelle ‘’Plus Jamais Ebola’’ qui regroupe 60 artistes africains et étrangers. Une seconde version, plus Hip-hop ‘’One voice’’ qu’on a mis en place en France et qui regroupe plus de 40 artistes internationaux. L’objectif étant que ces produits culturels, à l’image de ‘’We are de world’’ ou ‘’Tam-Tam d’Afrique’’ puissent générer des revenus nous permettant de mettre en place un programme de pérennité dans le cadre de l’appui à ces enfants orphelins. » Cheickh reviendra pour évoquer le cas de Manu Dibango, tout en dénonçant des abus dont il serait victime.

Explications : « Dans le déroulé des contrats que nous avons signé avec des prestataires qui nous avaient été présentés, nous avons été abusés. Pour une œuvre, il nous a été pris près de 100 mille euros ! Pour une seule œuvre à deux titres. Un premier titre sur lequel nous avons été abusés. Pour le second titre, on s’est, comme ce n’est pas notre travail, adressé à un prestataire. Ce prestataire arrive et nous demande 50 mille euros. On leur paie 40 mille euros. Au moment de nous rendre l’œuvre, on leur dit que les 10 mille euros sont prêts, ils nous font une facture supplémentaire de 30 mille euros. Nous refusons de payer, ils montent au créneau contre nous et vont influencer le doyen Manu Dibango, qui monte aussi au créneau pour dire qu’il se désolidarise du projet guinéen. »

Cheickh jette alors la pierre à Manu Dibango et crie à la concurrence déloyale. « Ce qui nous a plus heurté c’est que, 48 heures ou 72 heures après cette déclaration du doyen Manu Dibango, on a vu une œuvre qu’il a produite lui-même. C’est déloyal ! Ce n’est parce qu’il s’est désolidarisé du projet guinéen qu’il a fait ça. Sinon ce n’est pas en 72 heures qu’on peut sortir, même si on est artiste international, une chanson avec clips et tout à l’appui. Moi je pense qu’aujourd’hui ‘’Isolons Ebola’’ est le seul projet culturel initié et financé par les africains. » Une lugubre foire d’empoigne qui risque de finir en Justice. A ce jour, « les délais de mise en demeure étant expiré, l’assignation est en cours. La justice française dira le droit. »

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.