Journée d’assainissement:  » Ce n’est pas une solution définitive contre l’insalubrité » (Naité)

Peu après sa prise de fonction le gouvernement Kassory a instauré  »une journée d’assainissement » le dernier samedi de chaque mois. Annoncé avec tambour, cette opération d’assainissement est loin de répondre aux attentes d’une population envahie un peu partout par des tas d’ordures.

Pour Moustapha Naité, même si cette mesure n’est pas une solution définitive contre l’insalubrité, mais elle permet tout de même aux citoyens de rendre leur environnement propre.
 »Le samedi d’assainissement n’est pas une solution définitive contre l’insalubrité mais plutôt un moment citoyen pour que les uns et les autres se retrouvent pour rendre leur environnement propre. Ce n’est pas nouveau, ça se fait dans d’autres villes comme Kigali. Là-bas, c’est une obligation où un samedi par mois, personne n’est autorisé à circuler. Dans notre cas, ce n’est pas une obligation, c’est plutôt un devoir citoyen pour que chacun de nous puisse donner un peu de son temps de 6 heures à 11 heures pour que notre ville soit propre. Je salue ceux qui nous accompagnent, ceux qui ont compris le sens civique de ce que nous sommes en train de faire dans notre capitale et j’ose croire qu’au fur et à mesure que les mois avancent, que les gens comprennent », a-t-il espéré.

Comme on peut le constater, cette mesure donc importer de Kigali est-elle applicable en Guinée?
C’est en tout cas un avis partagé, étant donnée qu’il faut au préable mettre en place une politique d’assainissement efficace conformément aux réalités de notre pays.

Pour leader de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, qui s’exprimait sur le sujet » Il n’y a aucun pays, même dans les pays communistes, l’assainissement est organisé, exécuté par des sociétés mises en place. En Guinée, on dit le peuple n’a qu’à sortir pour assainir. Chacun à sa responsabilité de rendre propre sa maison et sa concession, mais la voie et les places publiques, c’est à la collectivité et du gouvernement, il devait mettre en place, un fief de ramassage et traitement d’ordures, d’assainissement des caniveaux. Ce n’est pas comme ça qu’on garantit l’assainissement dans la ville. Il faut s’organiser. », estime le Président de l’UFDG.

Même son de cloche du côté de l’UFR. Sidya Touré, qui aborde dans le même sens, estime pour sa part, qu »’Au cas spécial des ordures à Conakry. Je demanderai au gouvernement de prendre la nuit de 00h à 6h du matin pour le ramassage des ordures à Conakry. Les collecter et les mettre de côté pour que la majorité des guinéens vaquent à leur affaire .C’est plus efficace et plus rentable pour les Guinéens. Celui qui va ouvrir sa boutique à 7h du matin, on lui dit jusqu’à 11h, tu ne vas pas ouvrir durant deux à trois heures de perte de temps inutile. Vous ne savez pas ce que ça fait dans un État », regrette le leader de l’UFR.

Une fois par mois est elle suffisante pour rendre Conakry propre?

De nombreux citoyens interrogés sur le sujet estiment que le gouvernement Kassory devrait changer de méthode, car l’interdiction de la circulation de 06 h à 11 h cause plus de dégâts que les ordures, parce qu’elle ralenti considérablement les activités économiques, tout en paralysant les secteur de l’éducation et la santé.
Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.