Journée ville morte: Les activités économiques paralysées à Conakry

A l’appel de l’opposition républicaine pour dénoncer le non-respect des accords politiques, la journée ville morte a été suivie à Conakry.
Sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa, fief traditionnel de l’opposition, boutiques et magasins sont restés fermés, il n’ya pas de circulation, on note une forte présence des forces de sécurité; mais la route est baricadée depuis la matinée par des jeunes hostiles au pouvoir, a -t-on constaté sur place.
Des jeunes qui règnent en maitres sur la voie publique, affrontent ouvertement avec les forces de l’ordre, à l’aide des jets de pierre contre le gaz lacrymogène. La situation reste tendue et des coups de feu ont été entendus à Bambéto et à Koloma.
Le grand marché Madina tourne au ralenti. Boutiques et magasins sont restés fermés. Quelques étalagistes et des marchands ambulants à la recherhce du quotidien sont visibles aux alentours du marché.
Sur l’autoute Fidèle Castro et la route Dixinn- Kaporo-Lambandji, la circulation reste fluide, mais la plupart des boutiques et magasins sont restés fermés.
La Commune de Kaloum quant à elle n’affiche pas son image habituelle, même si le calme règne dans la cité, il n’ya pas non plus d’affluence.
Du moins qu’on puisse dire, le mot d’ordre de ville morte a été largement suivi à Conakry en cette première journée.
A noter que l’opposition républicaine appelle ses militants à deux journées villes mortes(lundi et mardi) et une manifestation le jeudi 18 octobre prochain.

Abdoul Wahab Barry, www.kababachuir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.