Joutes électorales : Dalein craint la sincérité du scrutin

« Je me bats actuellement pour aller aux élections. On a perdu cinq personnes à travers des manifestations pour pouvoir réunir les conditions d’un scrutin transparent et équitable. Nous allons nous battre pour que cela soit. Notre vocation, ce n’est pas de boycotter. C’est d’exiger que les élections soient transparentes et que les candidats soient sur le même pied. »

La présidentielle inquiète. La sincérité est mise en doute par l’opposition. Le pays lui est vraiment exposé à des violences post électorales. De l’avis de Dalein Diallo, « Il y a une situation qui risque d’affecter la transparence des élections. » Et en cause ? « Aujourd’hui, les trente-huit communes urbaines, les trois cents communes rurales et les dix-sept mille quartiers et districts sont dirigés par le RPG, le parti présidentiel. Ces élus locaux sont des partenaires de la CENI dans l’organisation du scrutin. Ils ont des rôles à jouer dans la composition des bureaux de vote, la composition des commissions administratives de recensement. Ils participent dans la distribution des cartes d’électeur. Donc ils peuvent jouer en faveur du parti présidentiel », accuse le président de l’UFDG.

Et Dalein de poursuivre : « Le régime d’Alpha Condé applique une politique sélective dans l’octroi du service public. Il faut être militant du RPG pour avoir certains droits. Là où on n’a pas voté pour lui, les gens n’ont pas droit aux services sociaux de base. Il marchande l’ensemble des projets et programmes de développement contre l’adhésion au RPG. » Pour Dalein Diallo, l’implication des quarante mille élus locaux dans la préparation et l’organisation du scrutin, peut

causer des préjudices importants à l’opposition et donner des avantages indus au parti présidentiel.

Quitte à exposer le pays au chaos.

Jeanne Fofana, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.