Justice-Dabola: Présentation du rapport final de l’enquête sur la bastonnade à mort du chauffeur Ousmane Sow

Le consortium des ONG Avocats Sans Frontières Guinée (ASF/G), Coordination des Organisations de Défense des Droits Humains (CODDH), Jeunesse Actions Développement (JADE), Centre de Concertation et d’Appui pour le Développement Durable en Guinée (COCAD/G), Association Guinéenne pour l’Education, l’Environnement et la Santé (AGES), Association pour le Progrès et le Développement Social de Kouroussa (APDSK) a présenté mardi, 7 juillet 2015 au Centre d’Ecoute de Conseils et d’Orientation des Jeunes (CECOJE) de Dabola, le rapport final de l’enquête sur la bastonnade à mort du chauffeur, Ousmane Sow, par des agents de sécurité.

L’incident dit-on, s’était produit en janvier 2010 sur le tronçon Dabola-Bissikirima.

Le rendez-vous qu’a connu la participation des parents de la victime, les représentants des forces de sécurité, de la justice, de la société civile, des communicateurs traditionnels, leaders d’opinion, syndicat des transporteurs et de l’Action Sociale est financé par Programme de Renforcement des Capacités des Organisations de la Société civile et de la Jeunesse Guinéenne (PROJEG).

Dans sa communication, le président de l’ONG, Avocats Sans Frontières (ASF/G), Me Labila Michel Sonomou a déclaré que son institution œuvre pour soutient-il, rompre avec le passé sombre de la Guinée qui d’après lui, a connu plusieurs cas de violations des droits humains, imputables la plupart, aux services de défense et de sécurité.

Saisissant l’opportunité, le Coordinateur du PROJEG basé en Haute Guinée, Souleymane Sow a rappelé la nécessité d’amener les organisations de la société civile à se doter des compétences leurs permettant d’être capables d’interpeller les pouvoirs publics en matière des violations des droits de l’homme pour dit-il, le maintien de la paix sociale, la sauvegarde de l’intégrité physique et morale des citoyens sur l’ensemble du territoire.

Rappelant qu’aucun pays ne peut vivre dans la paix sans combattre l’injustice et l’impunité, le Secrétaire Général Chargé des Affaires Administratives, Lansana Camara a invité les communautés rurales à une prise conscience collective en vue de lutter efficacement, contre les violations flagrantes des Droits de l’homme en Guinée.

Selon le rapport, les enquêtes menées sur le terrain, n’ont pas établi de lien de cause et effet entre les coups et blessures administrées par des agents de sécurité au jeune Ousmane, décédé mercredi, 13 janvier 2010 à Bamako (Mali), trois (3) jours après la bastonnade.

Néanmoins, le consortium des ONG, dans le même rapport, recommande auprès des autorités compétentes, l’ouverture d’une enquête judiciaire, l’organisation d’un procès juste et équitable ainsi que le soutien moral des parents de la victime. Bref, la rencontre a pris fin par une séance de formation portant sur « La connaissance des notions d’atteinte à l’intégrité physique »

Mamadouba Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.