Justice : Deux ONG réclament la libération de Nouhou Thiam et Cie

En prison depuis 4 ans sans jugement, la détention du Général Nouhou, ancien Chef d’Etat major des Forces armées guinéennes et ses co-accusés inquiètent les ONG de défense des droits de l’homme.

Dans un communiqué, la Ligue Guinéenne des Droits de l’Homme (LIGUIDHO) et la Fraternité des Prisons de Guinée (FPG) deux ONG de défense des Droits de l’homme, qui œuvrent pour la promotion, la protection et la défense de l’ensemble des droits établis par les instruments juridiques de protection des droits humains exigent la libération du Général Nouhou Thiam et cie.

Lisez !

La Ligue Guinéenne des Droits de l’Homme (LIGUIDHO) et la Fraternité des Prisons de Guinée (FPG) s’inquiètent de la détention illégale et arbitraire dont sont victimes cinq officiers de l’armée guinéenne, en dépit des multiples relances des autorités judiciaires habilitées à mettre fin à cette violation grave et délibérée des droits de l’Homme.

Ces victimes sont:

N/O Prénoms et nom Date de détention Lieu de détention
1 Général Nouhou THIAM 02 août 2011 Maison centrale de Conakry
2 Adjudant Mohamed KABA 02 août 2011 Maison centrale de Conakry
3 Lieutenant Mohamed CONDÉ 1er août 2011 Maison centrale de Conakry
4 Colonel Sadou DIALLO 3 août 2011 Maison centrale de Conakry
5 Lieutenant Kémo CONDÉ 5 août 2011 Maison centrale de Conakry

Pour rappel, à la suite de l’attaque du domicile du Chef de l’État guinéen, Monsieur Alpha CONDÉ, le 19 juillet 2011, le Général Nouhou THIAM a été mis aux arrêts et poursuivi pour le délit de désertion dont le maximum de la peine d’emprisonnement est de 2 mois, selon l’article 547 alinéa 1 du Code pénal.

Les quatre (4) autres détenus l’ont également été pour le délit d’infractions aux consignes dont le maximum de la peine d’emprisonnement est de 6 mois, selon l’article 601 alinéa 1 du même Code.

Suivant Arrêt n°21 en date du 14 novembre 2012 de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Conakry, l’affaire a été renvoyée devant le Tribunal militaire dont la mise en place effective tarde à venir.

Or, à la date d’aujourd’hui, les 5 officiers sont à leur quatrième année de détention provisoire, en violation de l’article 9.1 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par la République de Guinée, le 24 avril 1978, et qui dispose que :

« Tout individu a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne. Nul ne peut faire l’objet d’une arrestation ou d’une détention arbitraire. Nul ne peut être privé de sa liberté, si ce n’est pour des motifs, et conformément à la procédure prévus par la loi.»

« Il est reproché au Général Nouhou THIAM une infraction dont il a déjà purgé au moins vingt et quatre (24) fois le maximum de la peine d’emprisonnement qui pourrait lui être infligé s’il était reconnu coupable. Tandis que ses codétenus ont déjà purgé au moins huit (8) fois le maximum de la peine d’emprisonnement qui pourrait leur être infligé s’ils étaient reconnus coupables. Ils devraient être libérés et indemnisés pour détention arbitraire », a indiqué un observateur interrogé par la LIGUIDHO et la FPG.

Les deux organisations demandent la libération immédiate et inconditionnelle des cinq officiers cités ci-dessus.

www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.