Justice: La journaliste Moussa Yéro Bah condamnée…

Poursuivie  pour diffamation pour s’être prononcée sur le viol présumé d’une étudiante par son tuteur du nom de Mamadou Oury Baldé, responsable d’une société de gardiennage à Conakry, la journaliste-activiste pour les droits des femmes, Moussa Yéro Bah a été condamnée jeudi par le tribunal de première instance de Dixinn.

Après un procès qui a duré plus de 4 mois, la journaliste d’Hadafo média a été condamné au payement d’une amende d’un million de francs guinéens et de 25 millions de francs guinéens, comme dommages et intérêts à la victime.

Cette condamnation de notre consœur est intervenue après un débat houleux entre les avocats de la partie civile et ceux de la défense.

Pour la partie civile, « C’est à tort que Moussa Yéro Bah a soutenu sur les ondes de la radio Espace FM, que mon client a abusé d’une certaine Diaraye et qu’il est l’auteur d’une grossesse de celle-ci. Cette diffamation sera réparée par la justice », espère Me Pépé Lamah. Par contre, la défense ne voit pas du même œil l’issue de ce procès. «Il n’y a pas d’infraction en diffamation, parce qu’en réalité, ma cliente n’a fait que relayer, par voie de presse, ce qu’elle a reçu de mademoiselle Diaraye Baldé. Cela est incontestable comme consigné d’ailleurs dans un procès-verbal d’audition que nous détenons », estime l’avocat de Moussa Yéro Bah.

Après cette condamnation, son avocat qui dispose encore d’une marge de manœuvre de 15 jours pour interjeter l’appel,  compte réagir dans les prochains jours.

 

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.