Justice : Le procès des enseignants grévistes s’ouvre à Mafanco

Douze (12) enseignants grévistes sont devant la barre ce jeudi 16 janvier pour répondre des accusations portées contre eux, suite à la grève déclenchée par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG).

Le procès s’est ouvert au tribunal de Mafanco, alors que le mot d’ordre de grève du SLECG reste toujours maintenu.

Ces enseignants tous syndiqués au SLECG sont poursuivis pour menaces, violences, coups et blessures volontaires.

Pour Me Salifou Béavogui, membre du collectif des avocats de la défense, c’est un procès monté de toutes pièces 

« Les poursuites qui sont engagés contre eux, sont très mal fondées, parce qu’en réalité, la liberté syndicale est un droit constitutionnel, reconnu et protégé. Chacun a le droit d’adhérer au syndicat de son choix et de défendre ses droits par l’action syndicale ».

Alors que les négociations sont au point mort, plusieurs collègues syndicalistes étaient venus soutenir les prévenus.

Présent sur les lieux, Abdoulaye Sow, Secrétaire général de l’USTG, la centrale syndicale à laquelle est affiliée le SLECG, exhorte ses camarades syndicalistes à la sérénité :

« Vos collègues enseignants seront libérés pour ne pas que la crise s’enlise. Ici, c’est le droit qui sera dit et vous devez faire confiance à la justice guinéenne. On estime que ça ne sera pas une parodie de justice, mais plutôt  la vraie justice et on dira le droit », a –t-il espéré.

Il reste à voir quel sort sera réservé à ces enseignants pendant que la grève du SLECG se poursuit dans les différents établissements scolaires.

Affaire à suivre….

Ibrahima Sory Camara, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.