Kalil Konaté : un ministère n’est pas une DCE !

Après dix mois de gestion du Département du Pré-universitaire le ministre K au carré ayant fait son baptême du feu en conseil des ministres le 9 mars 2017 au même titre qu’Aissatou Baldé, à l’Environnement et Billy Nankouma Doumbouya à la Fonction publique est devant une rude épreuve.

Kalil Konaté, pris comme  un grand démagogue devrait se heurter contre le précédent dangereux abandonné par son prédécesseur notamment au niveau de la crise qui couve, malgré la signature d’un protocole d’accords entre syndicat des enseignants et gouvernement. Et mieux, le manque d’enseignants dans bien des écoles du pays reste un problème entier. L’homme semble être pris en otage parce que complètement novice. Il a pris un raccourci qui lui coûtera bien cher. Le Pré-universitaire est un gros morceau, difficile à manier, à manœuvrer. Surtout qu’en face, de vieux routiers qui ont tourné leur bosse partout dans ce département. Et c’est pour justement avoir la paix et surtout jouir de la confiance de Condé, K au carré a éloigné tous les loups de la bergerie, en les nommant DPE et ailleurs. L’objectif c’est de ne plus parler de grève.

A l’épreuve du pouvoir K au carré a menti. Vite applaudi avec son premier test des examens nationaux et le reversement du reliquat, K au carré avait aussi rencontré les syndicalistes pour se faire plaire. Le second test du reste réussi aura été certainement l’organisation des examens nationaux au niveau du Pré Universitaire. Des examens qui ont tout le temps été chaotiques. Tant le substrat du slogan ‘’Tolérance zéro’’ avait été vidé. Pui vint la suppression des notes de cours au Bac.

Le reste de la reforme porte  sur l’organisation du système d’éducation en République de Guinée dont la première portée c’est bien l’examen d’entrée en 7ème Année qui s’appellera désormais «Examen de fin d’études élémentaires » et un Certificat d’Etudes Elémentaires (CEE) sera délivré aux admis en lieu et place des Attestations d’admission actuelles. Une innovation de taille. Comme si cela ne suffisait pas, la décentralisation de cet examen sera effective cette année. Elle consistera selon le ministre au transfert des pouvoirs de décision concernant ce type d’examen, de l’administration centrale aux structures de base.

Tout cela s’avère insuffisant pour avoir les mains libres, le bon sens à gérer les crises. K au carré, dix mois après ne sait plus où donner de la tête. Le camarade Soumah seul lui perturbe le sommeil. Et il refuse de baisser l’échine arguant que la grève largement suivie est illégale et sauvage. Son poste de ministre est dans une balance. Et ses jours sont comptés. Il se rend à l’évidence que le département est différent de la DCE.

Jeanne Fofana, Kababachir.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.