Kankan : Le chantier hôtelier d’un ministre d’Etat, mis à l’arrêt !

Le chantier de construction d’un complexe hôtelier à Kankan, situé au quartier Siatabgè, et qui appartiendrait à l’actuel ministre d’Etat à la défense, Dr Mohamed Diané, fait l’objet depuis quelques jours d’un arrêt ordonné par les autorités préfectorales de Kankan. Une décision due, nous dit-on, à la proximité dudit chantier au camp de la troisième région militaire du pays, le camp Soundjata Keita.

Construite en trois  étages, le chantier touche déjà à sa fin. Mais c’est la distance d’une trentaine de mètres, le séparant du camp militaire qui est jugé trop «dangereux », par les autorités locales notamment préfectorales, qui du coup, ont ordonné l’arrêt immédiat des travaux ce lundi.

« Le chantier surplombe le camp de la troisième région militaire du pays, le camp Soundiata Keita. Cela représente, une véritable menace pour notre sécurité intérieure. Du haut de cette infrastructure, on a une vue globale de l’intérieure du camp ». En plus, poursuit le préfet Aziz Diop qui s’en prend en ces termes au bâtisseur sans le citer «  c’est un chantier qui ne possède même pas de permis de construire. C’est pour toutes ces raisons qu’on a mis un terme aux travaux. Ce n’est pas la personne qui est visée mais l’œuvre ».

Et puis de sources proches de la préfecture de Kankan, c’est le président de la république lui-même directement après avoir été informé de la situation par l’un de ses représentants sur place, qui aurait expressément demandé à son représentant direct dans la préfecture, de sursoir aux travaux sur le site.

Et toujours selon notre source, essayant d’intervenir à propos de la situation, via un coup de fil à l’autorité préfectorale, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, le Général Bouréma Condé a été tout de suite dissuadé par cette même autorité, qui l’a fait savoir que l’ordre serait venu du plus haut sommet c’est-à-dire du président de la république lui-même et qu’on y pouvait rien à ce stade.

Aussi certains observateurs, ne s’empêchent pas de voire cette ‘’décision du chef de l’Etat’’, comme un signal fort envers l’un des membres les plus, pour ne pas dire le plus dérangeant au sein de son parti au pouvoir, le RPG arc-en-ciel  à l’heure actuelle. « Sinon, pourquoi aurait-il attendu que le chantier touche à sa fin avant d’ordonner son l’arrêt et voir même sa démolition ? Se questionnent-ils.

Pour rappel, présent à une assemblée générale tenue le mois passé au siège du RPG arc-en-ciel à Kankan, Dr Diané n’a pas hésité de déclarer que le RPG de 1993 n’est pas celui de 2017, et qu’après avoir fusionné avec plusieurs autres partis politiques pour former le RPG arc-en-ciel, qu’il fallait désormais songer à mettre le parti au partage de tous.

Pour cela il est allé même jusqu’à annoncé que le parti ne devrait plus être dirigé par le chef de l’Etat Alpha Condé, qui selon lui a à faire face aux problèmes de la nation et qu’au moment venu, quelqu’un d’autre se verrait investi à la tête de ce parti.

Cette position qui lui donne l’air d’être celui qui veut conquérir le parti présidentiel avant les présidentielle de 2020, ne serait pas la cause profonde de ce bras de fer qui serait  désormais sur le point d’être engagé entre le ministre de la défense nationale  et l’exécutif ?

La suite de cette affaire risque d’être interessante. A suivre donc !

Cheick-Sékou Berthe, correspondant à Kankan www.kababachir.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.