Kankan : Deux viols en cinq jours

En Guinée, le phénomène de viol ne recule pas. Les violeurs, malgré toutes les dénonciations et autres sorties énergiques des ONGs, ne se laissent pas impressionner. Ainsi, çà et là, les victimes, de plus en plus jeunes, s’amoncellent, tandis que les sanctions se font désespérément attendre. Les deux derniers cas en date nous parviennent de Kankan, la capitale de la Haute Guinée.

Le premier plus récent a été perpétré dans la nuit du lundi 22 février. Une fille âgée de seulement trois ans est la victime. Habitant avec ses parents dans le quartier de Senkéféra, elle a été déflorée par un jeune de 18 ans. Dans le second cas, la victime âgée de 7 ans, a été violée le 18 février. Le violeur aussi serait un mineur d’à peine 11 ans. N’ayant pas conscience de ce dont elle a été victime, son cas n’a été mis en évidence qu’à la suite des interrogations suscitées par le sang qu’elle laissait trainer sur son passage. Et ce, deux jours après le viol. Particulièrement affectée, elle serait en soins à l’hôpital préfectoral de Kankan.

Ces deux cas introduisent une nouvelle dimension dans le phénomène qui a fini par prendre racines dans la société guinéenne. C’est l’âge des violeurs. Dans le premier cas, il serait à peine majoritaire. Dans le second, il serait encore mineur. Du point de vue des sanctions que les militants des droits de l’homme et des causes féministes appellent de tous leurs vœux, cette donne pourrait poser une autre problématique se rattachant à la responsabilité des auteurs.

Anna Diakité, www.kababachir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.