Kankan : La fête de Ramadan s’annonce, comment bien se saper ?

C’est bientôt la fête de l’Aï d’El Fitre, communément appelé fête de ramadan ! Bien se Vêtir, ou même se saper, est l’un des soucis majeurs des citoyens du Nabaya, en cette veille de la fête.

C’est l’occasion pour bon nombre de personnes de se trouver de très bons vêtements et de toutes sortes de parures à des prix abordables.

C’est pourquoi l’on constate actuellement que les différents marchés et différents centres commerciaux de la ville font l’objet d’une très forte affluence de la part de la clientèle malgré la cherté des prix des articles.

Cependant, en dépit des nombreuses tentatives éphémères des autorités locales pour enrayer ce mal, les habitants de la cité continuent de se plaindre contre la montée vertigineuse des prix au marché depuis l’entame de ce moi sain.

Rencontré en plein cœur du centre commercial Doumbouya, cis au centre ville de Kankan, Mamadou Barry, citoyen de son état, s’est  procuré difficilementd’ une chemise et une paire de baskets prêts- à- porter.

« J’ai dépensé plus de 200.000 GNF pour seulement une paire de chaussures et une chemisette, tandis que moi je voulais acheter beaucoup de chose. Ce qu’il faut dire, c’est que tous les vendeurs et toutes les vendeuses ont attendu  le mois de Ramadan pour  hausser les prix de leurs articles et produits et comme on les a laissé faire, alors on est entrain d’en assumer les conséquence pour cette veille de la fête ». déclare-t-il.

Sous couvert de l’anonymat, un jeune commerçant dudit centre commercial, a fait l’inventaire des différents prix en vigueur dans les magasins de vêtements de la place.

Ainsi les prix des jeans, varient selon lui, en tenant compte de leurs qualités, de 50 à 70.000 GNF et il en faut plus pour s’offrir des paires de baskets coûtant  entre 180 et 200.000 GNF. Quant aux casquettes,  ils vont de 50, et peuvent aller jusqu’à 100.000 GNF toujours selon les différentes qualités.

En outre, pour lui, l’exorbitance de ces prix s’explique par plusieurs facteurs lié à l’élévation du coût de revient des  marchandises qu’ils vont chercher à Conakry.

Aussi, face à la concurrence des couturiers,  également très sollicité par la population, en cette période, il assure que cela n’a aucun impact majeur sur sa clientèle.

« C’est une question de choix. On reçoit nos clients sans  aucun problème et je pense qu’ils reçoivent les leurs aussi, qui sont généralement de la junte féminine ».

Enfin, précisons qu’en se référent au calendrier lunaire, la fête de l’Aïd El Fitre, marque la fin du mois saint de ramadan. Bonne fête à tous les fidèles musulmans par anticipation.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.