Kankan : Une fillette retrouvée morte près du fleuve Milo 

Le corps d’une jeune fillette a été retrouvé sans vie ce samedi matin, au quartier Gare en bordure du fleuve et en dessous du pont Milo de Kankan.

La victime Djaka Kaba plus connue sous le nom de Djaba, serait âgée de 8 ans, et résidait au quartier Kabada. Elle faisait déjà objet d’un avis de recherche diffusé par les radios locales de la ville depuis la soirée d’hier.

Selon ces avis de recherches, la jeune fille serait partie vendre des sachets d’eaux à travers la ville, après son retour de l’école et depuis lors on l’aurait plus revue.

Abou, jeune taximan et oncle de la victime, fut la toute première personne à la reconnaitre ce après-midi. Il explique les circonstances en ces termes : « Vu que le communiqué que nous avions fait pour la retrouver ne portait pas fruit, alors j’avais ce matin décidé d’aller voir du côté des villages proches de la ville. A mon retour sans nouvelle d’elle, je vois un monde rassembler en dessous du pont. Tout naturellement je me suis approché de cette foule et c’est en ce moment que j’ai vu un corps recouvert de pagne. Quand j’ai soulevé un peu le pagne, j’ai reconnu ma nièce »

Quant aux autorités, informées selon les riverains par la présence du corps depuis la matinée, ils ne se seront présents sur les lieux que dans l’après-midi. Ainsi dans la foulée, se reconnaitront sur les lieux le Chef de la Délégation spéciale de Kankan, Aboubacar Sidik Kaba accompagné d’un médecin et quelques forces de l’ordre.

Aussi du côté de certains riverains qui faisaient leur lessives aux alentours, on affirmait avoir vue du sang sur la tête, dans les narines et des égratignures sur les joues de la victime ce matin, avant qu’on la couvre de pagnes. Ce qui met alors en doute l’hypothèse de la noyade comme on aurait pu le croire,  au profit d’un homicide volontaire.

En espérant qu’une enquête soit ouverte donc pour  édifier sur les conditions réelles dans lesquelles la jeune élève du groupe scolaire primaire Kabada aura rendu l’âme. Il, il faut noter que ni le chef de la délégation spéciale de Kankan, ni le médecin qui l’accompagnait, encore moins les forces de l’ordre n’auront pour l’instant, répondu aux questions de la presse sur la situation.

CHEICK SEKOU BERTHE, correspondant www.kababachir.com à Kankan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.